Clicquot n’est ni jaune ni orange mais jaune clicquot

Posted on 10 août 2009

VOTRE COULEUR VOUS L’AVEZ REGLEE, VOUS L’AVEZ DENOMMEE, POURQUOI ?

Delphine Martineau*. Il y a pleins de légendes sur cette couleur… Le jaune d’œuf d’une poule de Bresse ou l’imprimeur, qui à l’époque, n’avait que cette couleur en stock, que ce serait Madame Clicquot… On ne sait pas, c’est purement légendaire.. Ce que l’on sait, c’est qu’au départ, il s’agissait d’une couleur d’étiquettes.

EST-CE QUE VOUS PENSEZ QUE LE JAUNE FAIT PARTIE DE L’ADN DE LA MARQUE ?

D.M. Il y a aussi des petits clins d’œil amusants. Dans la famille de Madame Clicquot et de ses descendants, il y a un prénom qui revient souvent, Clémentine. Elle a appelé sa fille Clémentine, sa belle-mère s’appelait Clémentine, et dans la descendance il y a aussi beaucoup de Clémentine. On est donc toujours dans cette couleur jaune. Et quand Valérie a fait le thème astral de Madame Clicquot, il y avait la Topaze… enfin toutes les pierres jaunes. On découvre donc pleins de petits clins d’œil sans cesse, c’est amusant, en interne, au bout de quelque temps, on dit “avoir le sang jaune“.

Il y a eu un réveil, une prise de conscience : cette couleur, qui n’a jamais quitté la marque, est revenue à l’ordre du jour. Puis, le renouveau s’est traduit par une énorme visibilité dans la presse, là on est sur une chaleur que l’on diffuse, des moments de vie et de plaisir partagés.

EST-CE DEVENU UNE COULEUR ETENDARD, DERRIERE LAQUELLE LA MARQUE S’AVANCE ?

Perrine Kleinau*. C’est une sorte d’intuition, d’évidence. Madame Clicquot a été une des premières femmes d’affaire. Il était incroyable à l’époque qu’une jeune veuve de 27 ans reprenne les affaires. C’est une histoire audacieuse et il nous fallait une couleur audacieuse. C’est très innovant, mais en même temps très historique, d’où cette légitimité de couleur dont le premier dépôt date de 1877, mentionne “l’étiquette jaune“… Parce que dès l’époque de Madame Clicquot existait le souci de se protéger des contrefaçons, nous nous battons pour la protéger.

COMMENT DEFINIRIEZ-VOUS VOTRE COULEUR ?

D.M. Une couleur éclatante, radiante, qui faire vibrer. Une couleur qui dégage de l’émotion. Nous sommes dans le monde des champagnes, une marque de jour, de soleil, de rayonnement, une couleur gaie, chaleureuse…

SI DEMAIN VOUS DEVIEZ FAIRE EVOLUER VOTRE COULEUR, VOUS IRIEZ VERS QUOI ?

D.M. Nous ne la ferions pas évoluer, parce qu’elle est porteuse, c’est elle qui nous précède. Elle nous fait évoluer, la combinaison de passé et d’avenir est intéressante. Et puis, notre jaune orange est bien placé, il y a aussi tous les violets qui reviennent pas mal. Peut-être de nouvelles couleurs, des couleurs inventées, des couleurs qui changent selon l’éclairage. Un noir qui passerait au jaune par exemple. Des couleurs recto verso.

* Le champagne Veuve Clicquot, avec à la base l’étiquette jaune du Brut, est arrivé au début des années 1990 à l’une des premières couleurs de marque dénommées : le Jaune Clicquot. Ce phénomène a accompagné une démarche de design innovante suivie par Delphine Martineau et Perrine Kleinau, chargées des relations externes de la marque.

Entretien réalisé en 2006 par Frédéric Rossi-Liegibel, pour le livre Émotion, pour l’agence Extrême Paris – photo coopdesign®

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2