couleur

Posted on 4 décembre 2009

Couleur de l’apaisement, évocation du passage entre ce qui est encore et bientôt ne sera plus. Certains ont toujours le souvenir ému des taches d’encre violette sur leurs doigts d’écoliers. Le violet serait-il passéiste ?

Violent, expressionniste, le violet c’est aussi le noir. Nuancé, support d’effets, éclairé de l’intérieur, ce n’est pas une couleur facile, il se défend. Le violet est construit de rouge et de bleu, à proportions égales. Il agit sur la matière par son intensité, du plus clair au plus sourd. Allégé de blanc, il parle de la fraîcheur des lilas. Mais si on le densifie, il perd de son éclat, la couleur devient lourde. Profond et presque noir, il évoque le demi-deuil, la nuit et la mort.

Tiraillé dans ses connotations européennes entre l’érotique sulfureux et le sacré, il n’en est pas moins en quête de simplicité : tout est question de densité ; attiré par le rouge ou le rose, tout est dans la subtilité, car tout le dénature.

Violet émotion…

Moins timide que la fleur dont il tire son nom, la violette, foncé, il invite aux agapes : aubergine, prune, cassis, lie de vin. Pâle, il devient mauve, lavande, et ravit les sens. En cuisine, le violet semble voué à l’élément liquide, à la liqueur, au coulis, au sorbet.

Est-il violet violent, colère ou tension, le violet est noir aussi ? Doux comme une subtile ombre mauve impressionniste ? Ou bien contraste expressionniste, ou tout cela à la fois ?

Le violet est protéiforme. Rouge ou rose, encre ou carmin, mauve ou violacé, gris ou violet très pur, laissons la lumière prendre le relais. Sexuel ou religieux, l’inconscient et le subjectif nous guettent, alors réfléchissons avant de l’employer. Le violet est une couleur difficile.

/Par Frédéric Rossi-Liegibel

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2