stéphanie marin1®cooperativedesign

Une plus grande maîtrise de l’humour

Posted on 1 février 2010

De la plage, à son atelier, une ancienne menuiserie dans le nord de Nice, Stéphanie Marin imagine ses galets, les voit en volume. C’est ainsi que naît Livingstones, Edgar, Christophe, Xavier ou Yann un ensemble de coussins galets aux tons de gris, de beiges et de blancs. “J’aime ce côté surréaliste, cet aspect décalage dans la taille, j’ai commencé, par la fripe, été élevée à Marseille par mes trois grands-tantes couturières“. Du vêtement au meuble c’est une histoire sensible que Stéphanie nous propose. Maintenant, c’est une table basse en bois inspirée de l’île dans les nuages du dessin animé japonais le Château ambulant, qui, nous est offert…

cooperative design : LA CONCEPTION D’UNE CHAISE EST-IL TOUJOURS LE PASSAGE OBLIGE POUR LE DESIGN ?

Je suis sûre du contraire !!! Mon expérience le montre, j’ai fait mes armes dans me monde industriel du recyclage textile, pour ensuite ‘marquer’ avec les livingstones.
Des designers très très importants n’ont jamais fait de chaise, d’ailleurs……( Zaha Hadid, Dieter Rams……..)

cd : AVEZ-VOUS DÉJÀ CONCUE VOTRE « CHAISE » ?

Non, je n’y ai jamais pensé. Il existe tellement de chaises !

cd : QU’EST-CE QUE LA MATURITÉ DANS VOTRE PRATIQUE, ET QUELS EN SONT LES SIGNES ?

Une plus grande maîtrise de l’humour ?? Je crois que la maturité ouvre la réflexion et la pratique du design en largeur et en hauteur.
J’aimerais tendre vers des projets moins liés à l’objet lui-même qu’aux champs qui le concernent, c’est-à-dire à la dimension sociale de l’objet, sa valeur culturelle et politique.
J’imagine qu’un designer armé de maturité dispose aussi de ressources réconfortantes. Du coup, il peut, s’il le veut, se sortir de cette course qui force le designer à travailler dans un rythme artificiel, nuisible à sa créativité, cet animal farouche.
Enfin, le grand capital d’un designer aujourd’hui, est une valeur humaine, en sa personne, et en son équipe. Elle doit s’épanouir avec le temps, augmentant ses capacités de liberté, et de démesure.

cd : LE DESIGN EST-IL UNE QUESTION D’ECHELLE ? PEUT-ON DIRE « DE L’URBANISME À L’OBJET ?

Les problématiques de l’architecture, les valeurs, les tendances, se retrouvent dans le design, souvent en étroite imbrication.
Ce qui peut expliquer qu’il y a fusion entre les deux disciplines très souvent.

cd : QU’EST-CE QUI FAIT COURIR STEPHANIE MARIN (AMBITION, VALEURS, RECONNAISSANCE) ?

La sérénité !! Gagner le temps de faire RIEN et de le faire BIEN.
……………………..course d’endurance.

cd : DE MÊME QU’IL SEMBLE EXISTER UNE ARCHITECTURE UTOPISTE PAR DÉFAUT (BRASILIA PAR NIEMEYER, JFK PAR SAARINEN) Y A T-IL UN DESIGN UTOPISTE ?
Dans ma pratique du design je veux tout, je ne veux rien lâcher, le fond, la forme et l’étincelle. C’est ça l’utopie ?
Je veux produire un objet efficace, fonctionnel, adapté aux nouveaux modes de vie et les gestes qui vont avec. Modularité, légèreté, confort…Je veux qu’il soit parfaitement adapté à la philosophie de son industrie dans son temps, et concurrentiel sur son marché, je veux qu’il respecte l’environnement à long terme.
Et puis je
‘divague’, je dessine des images fortes, des paysages simples et accueillants, j’utilise des matières touchantes, je veux la poésie, je veux une émotion !

cd : SAARINEN (PÈRES ET FILS) , LES COUPLES EAMES ET KNOLL, NELSON, ETC. FORMAIENT UN ÉCOSYSTÈME À MOTEUR VARIABLE, VÉRITABLE POOL DE GÉNIES UNIS PAR DES BASES COMMUNES (AMICALES, FAMILIALES, PROFESSIONNELLES, ÉTUDES, RÉSEAU D’AFFAIRES ET POLITIQUE, VALEURS). QU’EN EST-IL AUJOURD’HUI POUR LE DESIGNER CONTEMPORAIN ?
communes(amicales, familliales, professionnelles, études, réseau d’affaires et politique, valeurs). Qu’en est il aujourd’hui pour le designer contemporain ?
Je ne sais pas pour ‘le designer contemporain’………..je vis et travaille à Nice, assez loin des plate-formes physiques du design.
Internet irradie de contacts virtuels les uns et les autres, homogénéisant les problématiques de fond, mais les vraies rencontres sont essentielles pour le bon fonctionnement de la machine, charnelle !!

Le carnet de voyage à sortir en 2010 ; ‘ICI NICE’
C’est un projet de carnet de voyage qui doit s’étaler sur plusieurs villes européennes et qui sera édité chez Bernard Chauveau Editions.
Le carnet réunit les œuvres originales de 40 artistes contemporains qui vivent et travaillent à Nice.
Ils ont en commun ce lieu physique, point de départ de leur œuvre qui est le résultat de leurs voyages imaginaires. Le carnet de voyage reporte un croquis en noir et blanc de chacun d’eux. Un panoramique d’un lieu emblématique pour eux de cette ville qui les situe………Le résultat est une belle visite guidée décalée à travers la ville. . (Pour moi le voyage a été réellement vécu et fort de rencontres. )

L’objet sera un simple carnet de croquis noirs et blancs en vente entre 15 et 20 euros. Accessible et réel.

Aujourd’hui, j’ai quand même besoin, pour exercer mon métier dans une indépendance appréciable, de m’entourer d’une vraie équipe, pool de compétences variées sur le thème qui est le nôtre, vaste, transversal et hyper technique.
Au sein de mon équipe nous ne nous ressemblons absolument pas. Il y a tous les âges de l’activité, et le travail est commun, de l’ouvrier de l’atelier, à la directrice des ventes, du chef d’atelier à la responsable des projets, du designer industriel à la personne chargée de l’administratif, une quinzaine de personnes très différentes socialement et culturellement. Réunis autour d’un même projet professionnel, partants sur les mêmes valeurs profondes, dont les thêmes sont respect et dignité. C’est une force, on partage nos déjeuners à midi.

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share