Orient et Occident

Posted on 30 avril 2010

Rencontré dans leur show room galerie à Miami en 2008 lors de Design Miami alors qu’elles présentaient leur dernière collection et dévoilaient leur talentueux art de la customisation de mobilier, Bokja est un duo créé par Hoda Baroudi et Maria Hibri. Ces deux libanaises n’en sont pas à leur premier coup d’essai. Dix ans déjà qu’elles travaillent ensemble, pour le meilleur. Hoda a étudié la finance à l’Université Américaine de Beyrouth qu’elle a quitté avec un BA et un MBA et aurait donc dû naturellement se diriger vers une carrière dans la finance. Logique. Sauf que séduite par l’art d’origine du Levant et sensible à l’artisanat lié au textile elle tombe littéralement dans le tissu et c’est avec sa collaboratrice Maria elle férue de design des années 50 et 60, qu’elle commence l’histoire de Bokja. Maria est elle diplômée en Littérature Arabe (American University of Beirut) et en journalisme (Lebanese American University).

Associant leur deux expertises elles deviennent rapidement des références et sont perçues comme les initiatrices d’une des initiatives les plus intéressantes et créatives de la région. Bokja a ouvert sa première vraie boutique à Beyrouth en 2009. Elles ont créé l’événement en octobre 2009 en présentant une exposition chez Merci, le concept store parisien. Les pièces montrées pendant la fashion week, seize au total, ont été vendues en trois jours seulement, confirmant l’oeil avisé de Jean Luc Colonna, directeur Home and Design chez Merci : “Bokja c’est avant tout la recherche de l’émotion plus que de la perfection“. Emotion partagée. Fruit d’une vraie volonté de réussir, d’être là où il faut, au bon moment. Jean Luc Colonna me confie que : ‘débarquées incognitos dans la boutique du boulevard Beaumarchais, les deux créatrices ont su s’imposer, convaincre et séduire par l’approche si différente de leur concept’. Leur ténacité a été récompensée par une belle collaboration.

Mais que veut donc dire Bokja ? Bokja est un mot turque qui décrit l’ornement en tissu délicatement fabriqué par la famille de la mariée pour recouvrir sa robe. Hoda et Maria apportent la même passion et délicatesse, empreinte de poésie à leur créations, réinventant une deuxième vie ou autre lecture des classiques imaginés par des designers tels feu le danois Arne Jacobsen.

Aparté / A l’époque de l’attentat du Premier Ministre, alors que je décide un rapide mais majeur, voyage à Beyrouth, seule, accompagnée dans les rues des casques bleus ou des commerçants qui me repèrent de mes virées sur la corniche, en Jeep sur les hauteurs alentours, à ma sortie du Méridien … Bref cette année là, pendant la période de la « Cedar Revolution »,  je suis loin d’imaginer que Maria Baroudi secoue la scène artistique locale ..

/Par Andrée Fraiderik-Vertino

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2