designer15®cooperativedesign

L’utilisation juste et savoureuse de la matière

Posted on 14 août 2010

De passage chez Lessage, assis sur son tapis “Lumière“, Fabrice Berrux fait partis des élus de la French Touch. Longtemps catalogué comme “inoxeur“, il n’a jamais cessé d’allumer des lampes pour 10 h 10, mais c’est maintenant chez Roche Bobois qu’on le retrouve.

AVEZ-VOUS DÉJÀ CONCUE VOTRE  CHAISE ?

Le designer qui a sans doute le plus d’influence sur notre mode de vie est Jonathan Ive, responsable du design chez Apple. Il n’a, à ma connaissance, jamais dessiné de chaise.

La pratique du design s’étant étendue à presque tous les domaines de la production, la chaise joue sans doute moins que par le passé son rôle de révélateur de style ou de miroir du temps. Néanmoins, je dois avouer qu’aux étudiants de l’École Bleue, où j’enseigne, il m’est plus souvent arrivé de leur demander de concevoir “leur chaise“ que leur “iPod“. Puis-je également émettre l’hypothèse selon laquelle la chaise continuera encore longtemps à fasciner les designers pour la raison qu’elle forme avec la  table le premier environnement nécessaire à la pratique du design?

La première chaise que j’ai conçue a été réalisée en bois et en série très limitée. C’était une commande pour une client très particulier dans le cadre d’un projet global d’aménagement d’une villa de l’ouest parisien. Depuis, j’ai travaillé sur de nombreuses assises. Notamment ce fauteuil, Mayflower, pour Roche Bobois. Il s’agit d’un objet à la forme évidente et facilement identifiable dont la géométrie épouse le corps.

cd : QU’EST-CE QUE LA MATURITÉ DANS VOTRE PRATIQUE?

Le principal signe de la maturité est certainement ce sentiment d’entraînement et de mouvement qui fait qu’une recherche, qu’une idée ou qu’un projet en amène un nouveau ou qu’il dessine les contours d’une nouvelle piste.

cd : GRAPHISME, OBJET, ARCHITECTURE, URBANISME, LE DESIGN EST-IL UNE QUESTION D’ECHELLE ?

Le passage d’une échelle à une autre, d’une discipline à une autre, d’un point de vue à un autre alimentent couramment notre travail.

Au cours du processus créatif, l’objet peut être tour à tour architecture, graphisme ou ville avant de retrouver finalement son statut d’objet dans son usage. N’est-ce pas l’architecte italien Ernesto Nathan Rogers qui disait “prenez une cuillère, et vous pourrez comprendre comment construire une ville“.

cd : QU’EST-CE QUI VOUS FAIT COURIR?

Le revers croisé de ma femme.

cd : EXISTE T’IL UN DESIGN UTOPISTE ?

À force d’être alimenté par des représentations d’une réalité idéale et sans défaut, grâce aux nouveaux outils de conception et de modélisation informatiques, le design virtuel ne serait-il pas l’expression actuelle du design utopiste?

Plus sérieusement, les principales utopies demeurent “le beau et l’intelligent“ pour le plus grand nombre et l’utilisation juste et savoureuse de la matière dans le plus grand respect de notre environnement.

cd : VOUS INSCRIVEZ-VOUS DANS UN ÉCOSYSTÈME ?

J’ai depuis longtemps résilié toutes mes inscriptions…

Diplômé de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Dijon en 1986, il débute dans l’architecture intérieure, avant de fonder le groupe 18 Août, en 1987.

Dès son origine, 18 Août crée, édite et commercialise des objets sensibles et ludiques faisant référence à l’art : vase FLOWER en hommage à Andy Warhol, dessous de plat CHAUD-FOID, inspiré du Land Art.

Ils exposent régulièrement dans les salons professionnels et lors de grandes manifestations comme 30 under 30, en 1989 à New York, Capitales Européennes du Nouveau Design, en 1991 au centre Georges Pompidou.

*En 1991, Fabrice Berrux fonde la société Dix Heures Dix, élargissant et réorganisant la production de 18 Août. En 1994, il expose au Via à Paris. À partir de 1990, certains produits entrent dans la collection du musée des Arts décoratifs Paris et sont vendus dans les boutiques des musées d’Art moderne de Rotterdam, Dallas, Los Angeles, Chicago et au centre George Pompidou à Paris. De 1990 à 1994, il enseigne à Dijon, Limoges et Reims et à l’académie Charpentier à Paris. Depuis 2005, il enseigne le design à l’École Bleue à Paris. À partir de 1997, Fabrice Berrux développe entre autres des gammes de luminaires en tissu plissé, en verre sérigraphié, en altuglass et en aggloméré d’ampoules diffusant un belle lumière… Il assume par ailleurs entre mars 2002 et 2004 la direction artistique d’une nouvelle collection de tapis “tapage” avec la société Serge Lesage. Il collabore avec la socitété Périgot, d’Argentat, la Monnaie de Paris, Roche Bobois, Lexon et Taittinger.

image 2 / luminaires RGBW - ed. DIX HEURES DIX©

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share