Amplifier “l’exceptionnalité“ du message

Posted on 19 octobre 2010

Pour la dixième édition des Designer’s Days, Novoceram a confié la réalisation de son intervention à Francesco Catalano, métamorphosé en Mister X. C’est à cette occasion que la route de Cooperative Design a croisée son parcours.  Ce moment reste un des plus réussi des derniers DD’, il avait créé pour la marque une ambiance ludique aux multiples facettes. Mister X est un des multiples chapeaux de ce créateur transalpin. Francesco est un véritable passionné de design, il fait partie de sa vie, que les deux sont intimement liés et cela, depuis son plus jeune âge ! à 12 ans déjà, il avait fait une fugue caractérisée pour aller visiter le Salon du Meuble de Milan. Après avoir pris le train tout seul, il avait attendu impatiemment qu’un visiteur du Salon jette son billet d’entrée pour le récupérer et accéder enfin aux expositions qu’il convoitait tant !

Mais pour vraiment comprendre Francesco Catalano, autant demander à Novocéram des confidences, les anecdotes vécues avec lui.

Stéphanie Guerrouche pour Novoceram

Imagination, créativité nous conduit souvent à de très longs fous rires en équipe. La méthode que Francesco Catalano a inventée pour canaliser nos idées, et éviter le non-sens ou les absurdités, consiste à créer à chaque fois une sorte de fiction. Fil conducteur, il crée donc souvent un personnage, plus ou moins emblématique, autour duquel se construit le design. Par exemple, l’année dernière, on a pensé à un homme fuyant la ville pour se réfugier dans une Nature originelle et intacte. Puis le stand fut composé de plusieurs dizaines de troncs d’arbres, venus tout droit d’une forêt italienne ! Il cultive aussi un caractère très affirmé. MALHEUR à celui qui ose seulement toucher quelque chose ! c’est ce vrai souci du détail qui fait son authenticité, qui permet de raconter l’histoire sans dire un mot, et qui lui donne sa grandeur magique.

LA CONCEPTION D’UNE CHAISE (d’un grand projet) EST-IL TOUJOURS LE PASSAGE OBLIGÉ POUR LE DESIGN ?

Les vrais passages obligés pour le design sont les milliers de défis imprévus auxquels donner chaque jour une réponse efficace, pragmatique, innovante et surtout capable d’augmenter un peu la dose de bonheur existant en ce monde.

AVEZ-VOUS DÉJÀ CONÇUE VOTRE “CHAISE » ?

Sans aucun doute il y a des projets qui permettent plus que d’autres d’atteindre une nouvelle connaissance de la réalité et de bâtir une vision du monde qu’on retrouve dans les œuvres suivantes. Pour moi la chaise a pris la forme d’une tétralogie d’installations sur le thème de l’éphémère (le Temporary Shop L’Échappée Verte, Le Temporary Loft pour la Semaine de la Photographie Européenne, le Temporary Show Métamorphose, et la Temporary Story pour les Designer’s Days) qui m’a permis de donner corps à certaines valeurs et atmosphères qui, dans un contexte temporaire, ont pu amplifier “l’exceptionnalité“ du message.

QU’EST-CE QUE LA MATURITÉ DANS VOTRE PRATIQUE, ET QUELS EN SONT LES SIGNES ?

Le symptôme le plus évident réside dans la lucidité de filtrer le plus clairement possible les meilleures idées et de leur dédier les meilleures énergies, mais la conquête que je préfère est d’être devenu capable de libérer l’enthousiasme des contraintes de la difficulté de la réalisation, avec la conscience que dans le milieu du design toute audace, finalement, peut être possible. En ce moment, je travaille sur le projet d’un stand pour Novoceram qui sera surplombé par une étonnante colonie de 400 silhouettes de poissons : il y a quinze ans j’aurai été tout aussi capable d’imaginer la même vision, mais peut-être pas autant capable de la croire possible.

GRAPHISME, OBJET, ARCHITECTURE, URBANISME, LE DESIGN EST-IL UNE QUESTION D’ÉCHELLE ?

Le design est plutôt une question de rapport entre problème et solution. Personnellement j’y ajouterai aussi la capacité d’habiller ce rapport de pure magie : un ingrédient indiscutablement rare, mais disponible dans toutes les échelles.

QU’EST-CE QUI VOUS FAIT COURIR ?

L’envie de voir la prochaine idée concrétisée et dans l’entre-temps – pourquoi pas – commencer à penser à la prochaine encore ;-)

Y A T-IL UN DESIGN UTOPISTE ?

Le meilleur design est souvent utopiste, mais il reste nécessairement réaliste. Les designers, et les entreprises qui leur donnent voix, ont la responsabilité de rendre l’utopie réelle. Personne n’a besoin d’une échelle suspendue dans le vide, mais plutôt une échelle bien ancrée dans la réalité qui permet de monter, de progresser vers des directions inattendues, certaines fois tous les jours, d’autres une seule – magnifique – fois.

VOUS INSCRIVEZ-VOUS DANS UN ÉCOSYSTÈME ?

Chacun de nous fait partie d’un écosystème universel et d’un écosystème particulier, qui bien souvent est encore plus délicat. C’est dans ce monde plus proche qu’on retrouve la plupart des sources d’énergie, mais c’est dans l’autre que se cache la plupart des sources d’inspiration. L’important est d’en comprendre les confins, pour gérer l’osmose entre l’entier et son enclave.

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2