disgression®cooperativedesign10

Un objet parfaitement magique

Posted on 1 octobre 2010

“Je crois que l’automobile est aujourd’hui l’équivalent assez exact des grandes cathédrales gothiques… conçue passionnément par des artistes inconnus, consommée dans son image, sinon dans son usage, par un peuple entier qui s’approprie en elle un objet parfaitement magique“*.

Pour Roland Barthes l’automobile est un objet superlatif, à la fois perfection et perfectible, dont l’attraction du relève du merveilleux. La DS a longtemps eu tous ses caractères : métal sans relief, absence de jonction entre les vitres : c’est une merveille d’ajustement, d’ajustement à son époque. Rupture dans la mythologie automobile, avec Barthes elle est devenue spirituelle, sublime
Avec Gabriel Orozco, elle est traitée sans distance. C’est un objet reconfiguré, voulu une prise directe sur la rue. Beaubourg ne propose pas de pénétrer dans la voiture, dommage car le public tient une place privilégiée dans cette sculpture automobile.
Dans cette œuvre, l’artiste opère une réduction d’un espace usuel et quotidien, qui se trouve altéré et nous piège dans sa fonction.
Travail paradoxal, il brouille les frontières entre l’objet d’art et l’environnement quotidien, entre l’art et la réalité.

Le Salon de l’Auto, s’ouvre aujourd’hui. Loin du Grand Palais, c’est à Beaubourg que l’on revoit la DéeSse et non (pas) plus à la porte de Versailles.

*Roland Barthes, 1957, Mythologies, Point Seuil /Par Frédéric Rossi-Liegibel /Le Centre Pompidou/ Gabriel Orozco/ 15 septembre 2010 – 3 janvier 2011 /Salon de l’automobile /Du samedi 2 au dimanche 17 octobre, de 10h00 à 20h00 /Porte de Versailles /musique /Valentin Elizalde /Corrido del Primo /Regresan los Mafiosos, tout droit respecté, morceau acheté via iTunes.

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share

online-casino.blog.ca