Dean Brown®cooperativedesign

Une réelle interaction entre l’objet et l’individu

Posted on 26 novembre 2010

Dean a fait des études de Design Produit au Duncan of Jordanstone College of Art and Design de Dundee (Ecosse). En 2007, il s’est installé à son compte, concevant objets et mobilier qui incarnent un monde ludique, empreint de simplicité et qui interagissent avec l’utilisateur par l’expérimentation. Parmi ses projets les plus remarquables figurent une table de chevet et une enceinte pour iPod inspirée par les “baked beans“.

LA CONCEPTION D’UNE CHAISE EST-ELLE TOUJOURS LE PASSAGE OBLIGE POUR LE DESIGN ?

La communauté du design est préoccupée par l’importance de la chaise pour une bonne raison, mais je ne considère pas cela comme un passage obligé pour le design. Le fait que l’on ne puisse pas être un “vrai“ designer jusqu’à ce qu’on ait fait une chaise est un non-sens. Une chaise est très pure dans sa relation avec la personne qui s’assoit dessus, il existe une réelle interaction entre l’objet et l’individu. Aussi, une chaise est un objet relativement technique dans sa mise en œuvre pour une ergonomie subtile, beaucoup plus ambitieuse que n’importe quel autre mobilier standard. Malgré tout, parvenir à résoudre l’équation du design d’une chaise démontre une certaine habilité dans la pratique générale du design. Je pense cependant que l’on peut parvenir à démontrer ses savoir-faire sans passer forcément par la chaise.

AVEZ-VOUS DÉJÀ CONCUE VOTRE “CHAISE“ ?

Ca ne m’intéresse pas de concevoir une chaise uniquement pour faire une chaise. La chaise est trop souvent revisitée et dans la plupart des cas les designers ne parviennent pas à justifier leur réponse et leur effort sur le sujet. Je concevrai une chaise lorsque je trouverai que ma contribution en vaut la peine. Je préfère répondre à une demande selon le comportement des gens : donc plus sur le fait de s’asseoir que sur le fait de faire une chaise.

QU’EST-CE QUE LA MATURITÉ DANS VOTRE PRATIQUE, ET QUELS EN SONT LES SIGNES?

La maturité dans mon travail réside dans le fait de parvenir à trouver le subtil équilibre entre les choses. J’essaie au maximum de me fixer cette règle au quotidien en évitant que ça devienne léger et futile.  Mon travail ne présente pas qu’un aspect fonctionnel, je veux que les gens soient séduits par les objets que je propose en les utilisant et non juste en les possédant. Mon approche est basée au départ sur la compréhension des gens mais je ne me considère pas focalisé sur l’utilisateur. Toutes ces idées ne sont pour l’instant que des principes émergents. La maturité concerne pour moi l’idée de comprendre ces principes de façon intellectuelle, sans uniquement juste les suivre.

GRAPHISME, OBJET, ARCHITECTURE, URBANISME, LE DESIGN EST-IL UNE QUESTION D’ECHELLE ?

Si je tente de définir le design au plus simple, c’est pour moi un processus qui permet de transformer les idées en quelque chose de tangible qui peut aller du magazine au gratte-ciel. En cela, c’est la même méthode pour n’importe quelle échelle. Je pense que la beauté permet aussi aux créatifs provenant de disciplines différentes de collaborer – un architecte et un designer peuvent totalement travailler ensemble puisqu’ils utilisent le même processus de base. La partie plus ennuyante  de cette « théorie sur les échelles » serait alors de croire qu’un même individu puisse travailler sur différentes échelles, par exemple quand un designer s’essaie à l’architecture. Je vois chaque discipline comme un domaine à part, il n’existe que peu de designers qui parviennent à jouer sur tous les tableaux.

VOUS INSCRIVEZ-VOUS DANS UN ÉCOSYSTÈME ?

La discipline du design industriel ne peut pas exister de manière indépendante, donc la question doit être oui. Je me réfère toujours aux personnes avec qui je travaille, aux clients, j’interagis avec les fournisseurs, les fabricants, les détaillants et les utilisateurs pour justifier mes idées. Et vice et versa, eux aussi sont liés à moi, c’est donc un système.

/Une invitation à découvrir l’univers unique et magique conçu et réalisé par les designers de Fabrica, le Centre de recherche en communication du groupe Benetton, sous la direction de Sam Baron.

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share