L’offre de design

Posted on 6 décembre 2010

Hasard du calendrier ou prise en compte des problématiques du design, une étude commandée par du ministère de l’Economie de l’Industrie et de l’Emploi (DGCIS) est présentée pendant la biennale de Saint Étienne, en simultané du premier anniversaire du Lieu du Design.
Le 21 octobre 2009 s’est ouvert au 74 rue du Faubourg Saint-Antoine, Le Lieu du Design né de la volonté du Conseil Régional d’île de France de concevoir “un accélérateur de projets et de relations, un centre de ressources et de partenariats, un lieu de rencontres, de conseils et d’accompagnement… le lieu de tous les designs pour les designers et les entreprises.”* Fortement doté, le Lieu a su réunir presque toutes les forces présentes à Paris, que cela soit en tressant des partenariats (APCI, INPI, matériO, Cap Digital, CCI Paris, Designers Days… ) ou en intégrant d’autres dans sa gouvernance. À cette action s’est ajouté la promotion au travers d’expositions, d’un site, de lancement études économiques, sociologiques ou de tendances de consommation) ou l’accompagnement de projets financiers et/ou juridiques.Le fil conducteur : inciter les entreprises à faire davantage appel au design.  Un beau bilan, mais correspond-il aux attentes des designers et de leurs clients?

L’étude sur l’offre de design réalisée par le ministère est la plus importante enquête jamais réalisée sur le design en France :  462 structures (agences et/ou indépendants) représentant près de 1 000 designers (et un effectif total de 4 278 personnes) ont répondus au questionnaire de l’enquête, couvrant l’ensemble des métiers du design : produit, identité de marque, packaging, architecture commerciale, design interactif, stylisme de mode, etc**.

Qui sommes-nous ?
La majorité des agences ont deux ou trois dirigeants associés, pour 84%, l’un des deux dirigeants au moins a une formation en design, le second étant le plus souvent gestionnaire 25%, architecte 21%, ingénieur 19%. La profession est concentrée à 70% sur les deux régions Ile-de-France et Rhône-Alpes. Ce pourcentage est encore plus élevé (76%) si on se limite aux structures de plus de deux personnes***. Toutefois d’autres régions sont émergentes : Pays de Loire, Aquitaine, PACA, Bretagne. Les structures sont jeunes et éparpillées, un état sans doute lié à la spécificité des relations de sous-traitance entre agences et donneurs d’ordres. Les activités traditionnelles se maintiennent (design produit, aménagement d’espace, graphisme, identité visuelle et corporate, packaging) mais des activités nouvelles se développent : le conseil en design, le design de service, le design interactif qui constituent l’activité dominante de certaines structures. Les structures sont très largement polyvalentes, mais la conception restant l’intervention dominante de la profession, mais cependant l’élément important est le doublement de l’activité conseil et recherche.

Pour quelle demande ?
Pour les entreprises interrogées  – qui ont recours au design – il s’agit surtout d’une activité ponctuelle, ayant eu un impact jugé important, comme l’augmentation de leur chiffre d’affaires (première conséquence perçue). Le design poursuit sa progression dans tous les secteurs de l’économie avec un fort développement du secteur hôtellerie-restauration. Les PME sont les principaux clients. L’activité principale de design est pour un tiers des entreprises quotas la communication et les marques, puis le numérique et le multimédia suivis de l’aménagement d’espace****.

Il existe deux tendances contradictoires : une meilleure sensibilisation des entreprises au design, marquée par les nouveaux enjeux et la persistance d’une image brouillée du design et de ses métiers, encore liés au style. Face à ces deux tendances les freins à l’utilisation du design les plus importants sont le manque de culture design dans l’entreprise et la perception des coûts liés au design.

Entreprises et designers se rejoignent sur le moyen de stimuler l’utilisation du design par les entreprises : l’aide à l’investissement. C’est donc bien là que se joue le futur du Lieu du Design.

*Jean Paul Huchon, président de la Région Île de France, lors de l’inauguration.
**Les résultats ont été comparés à ceux de l’enquête menée par l’APCI en 2002 auprès de 240 structures.
***Entre 30 208 à 33 208 designers – entre 45 838 et 55 838 l’effectif concerné par l’activité design – entre 3 646 et 7 082 millions d’euros le chiffre d’affaires total du design. Seulement 25% des structures sont répertoriées avec le code 74.10 en vigueur depuis janvier 2010.
****Le taux d’utilisation du design des entreprises de l’échantillon quotas est de 40%, parmi les plus faibles en Europe. Ce taux est de plus de 80% pour les entreprises de l’échantillon online, ce qui confirme qu’elles sont davantage sensibilisées au design.

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2