designer26®cooperativedesign

Le designer travaille à l’échelle du corps

Posted on 10 janvier 2011

Benjamin Graindorge a toujours eu un crayon à la main, lui qui tend à se considérer comme “un adolescent du design“, et s’étonnit de voir son nom figurer aux côtés de ceux des frères Bouroullec. “Ce sont mes parents. Ils m’ont appris comment il fallait regarder le monde, et comment dessiner selon mes goûts et envies“. Désormais, lorsque le designer expose son travail, les objets qu’il réalise, il y joint les dessins préparatoires.

“Valeur montante“ du design français, son projet de “Paysage domestique“ a fait l’objet d’une aide du VIA en 2007. Il a été sélectionné deux années consécutives au festival “Design Parade“ (Hyères), avant de remporter en 2008 le Concours Cinna et l’Audi Talents Award dans la catégorie design. Il collabore régulièrement avec Cinna et la galerie Ymer & Malta. Benjamin Graindorge est le scénographe de la Biennale de Saint-Etienne 2010 en tandem avec François Bauchet.

LA CONCEPTION D’UNE CHAISE EST-IL TOUJOURS LE PASSAGE OBLIGE POUR LE DESIGN ?

Benjamin Graindorge : oui, parce que c’est très dur d’allier le confort, le dessin et la justesse technologique.

AVEZ-VOUS DÉJÀ CONÇUE VOTRE CHAISE ?

J’en ai dessiné quatre et j’espère en sortir une à Maison et Objets en janvier… pour le moment elle me plaît beaucoup mais je ne suis pas sûr que ce sera « ma » chaise.

QU’EST-CE QUE LA MATURITÉ DANS VOTRE PRATIQUE, ET QUELS EN SONT LES SIGNES?

J’espère que je n’ai pas encore atteint la maturité de ma pratique car je serai proche de l’ennui mais j’essaye d’être simple dans la forme et la fabrication de mes objets, j’essaie de raconter des histoires sans qu’elles oppressent les personnes vivant avec mes objets.

GRAPHISME, OBJET, ARCHITECTURE, URBANISME, LE DESIGN EST-IL UNE QUESTION D’ECHELLE ?

Je crois que le designer travaille à l’échelle du corps… et que c’est plus lié à une méthodologie de travail qu’à une échelle d’objet. Par exemple – un architecte pour dessiner un appartement va de l’urbanisme pour aller vers le cartier puis l’immeuble, puis l’appartement puis l’homme alors que moi je ferais probablement l’inverse – mais c’est une caricature.

EXISTE-T’IL UN DESIGN UTOPISTE

Bien sûr, lorsqu’un designer fait un travail de recherche pour une galerie, c’est d’abord une utopie, lorsque je dessine des pièces compliquées pour Ymer&Malta j’imagine cela comme une expérimentation que je réintroduirai pour des pièces de plus grande série. Et surtout on manipule des concepts plus larges qui nous placent parfois sur le domaine de l’art contemporain, parfois sur le domaine scientifique et qui souvent questionnent notre pratique. Par contre ça reste à des échelles réduites donc c’est moins manifeste qu’un aéroport ou une capitale…

VOUS INSCRIVEZ-VOUS DANS UN ÉCOSYSTÈME ?

Le monde du design est tout petit, nous nous connaissons tous et nous avons tendance à nous regrouper par affinité et pour goût… j’ai l’impression de beaucoup échanger avec un petit groupe de designer que je considère comme mes amis.

J’ai vraiment l’impression de faire parti d’une petite famille de gens ayant des positions et des centres d’intérêt assez identiques. De toute façon le designer ne travaille jamais seul, soit c’est avec un artisan ; une entreprise, une galerie et souvent c’est avec d’autre designer.

/illustration - Vase Bloomingbless /Benjamin Graindorge pour Cinna

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share

online-casino.blog.ca