Invisible et visible, double regard de la création

Posted on 15 janvier 2011

Alors que la gastronomie française entre au patrimoine immatériel de l’humanité, Paris des Chefs offre cette année une interrogation en forme d’alternative : faut-il rendre l’invisible visible ou bien faut-il chercher à dévoiler le moins possible ?

Une alternative design à l’origine du renouveau de la marque à la pomme dans les années 2000. Une dynamique à l’œuvre dans tout le métier du designer. Doit-on cacher la mécanique et les éléments de construction d’un objet ou donner à voir comment ça marche. un objet perd de sa magie quand il se dévoile ? Le cuisinier-créateur est depuis toujours face aux mêmes questions. Deux écoles :

Les partisans du dissimulé, de la transformation (cf. la gastronomie moléculaire) une inventivité extraordinaire dont les exemples se multiplient du caviar de melon de Ferran Adria, des fausses truffes noires de Michel Troisgros, au pot rempli de terre où il faut cueillir des légumes prêts à être croqués de René Redzepi. Les nouveaux cuisiniers détiennent de nombreux outils pour entretenir le mystère. À l’opposé, les assiettes jouent la carte de l’esthétique et mettent en scène l’ingrédient en majesté, les assiettes deviennent des jardins miniatures ou au contraire deviennent des constructions qui n’ont rien à envier à la tour Eiffel, pâte feuilletée versus l’acier.

Deux axes invisibles et visibles, deux voies possibles tant pour le créateur que pour le cuisinier.

Paris des Chefs – sur trois jours, vingt grands cuisiniers du monde entier viendront sur scène, dialoguer avec vingt personnalités, issues de tous les horizons de la création. L’originalité de ce regard croisé invite à réfléchir sur des processus créatifs qui s’enrichissent mutuellement avec comme évidence centrale : nous sommes ce que l’on mange !  /visuel – 1 – Catherine Fouchard /CcocBohmème /Vincent Ferey© – 2 – Twin Profection /Matteo Thun /Zwilling J.A. Henkels©

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2