Copie ou original #1

Posted on 20 mai 2011

Qui ne rêve de posséder un “Barcelona“ de Mies van der Rohe’s ou une chaise de Eames ? Mais, à quel prix ? L‘original vaut plusieurs milliers d’euros, l’imitation quelques centaines. A quel prix ? L‘original vaut plusieurs milliers d’euros, l’imitation quelques centaines. Le Corbusier (redevenu Jeanneret par renfort de protection), Mies van der Rohe, Charles and Ray Eames, Arne Jacobsen sont parmi les plus copiés. Leur protection finit soixante-dix ans après la mort de l’auteur. Des classiques tels que “Kaffeehausstuhl 14“  par Michael Thonet ou “Hill House 1 Chair “ par Charles Rennie Mackintosh ne sont plus garantis. Une comparaison : Cassina vend le fauteuil LC2 à 2625 euros, Italia Design, le LC2 est à  680 euros. Ces derniers justifient leur politique “Nous devons développer une édition moins chère pour les personnes qui sont moins aisées“. Faut-il se plaindre de cette massification du design de créateurs ? Ou au contraire y voir une chance pour le design de création ? comment les protéger ? La réponse est claire : le copyright protège la propriété intellectuelle ; Seule la propriété intellectuelle fournit cette possibilité : les brevets de conception protègent la forme esthétique, elle est complétée par d’autres brevets pour les innovations technologiques. La “Panton Chair “ par Verner Panton, par exemple, est protégée par une marque déposée tridimensionnelle. Une protection confirmée par la Cour Européenne de la justice et de nombreuses cours nationales. Mais au Royaume Uni et en Italie, les copyrights sont traités assez libéralement. Comme nous l’avons contacté Milan est une plate-forme pour présenter les imitations. Mais quelle est la différence entre les originaux et les copies ? Les produits industrialisés sont très similaires, ils sont liés aux mêmes normes et exigences de sécurité. Ils sont également vendus à grands renforts de communication*. Pour les deux familles l’amour pour le détail est un argument de vente. Cela se complique quand les producteurs non autorisés possèdent (Ton, une des cinq usines de production de Thonet, ayant repris son indépendance après 1989) ou s’approprient les outils originaux d’une manière ou d’une autre (Modernica, par exemple, pour la Bubble Lamp George Nelson). Comment pouvons-nous être sûrs que notre achat est un original ? Tout d’abord, jeter un coup d’œil à l’étiquette, en second lieu, acheter les produits d’un détaillant autorisé et spécialisé. En cas de doute, il est recommandé d’entrer en contact par téléphone directement avec le fabricant.

*Cassina indique authenticité sous le copyright – Vitra fournit un article entier sur intitulé l’original – Fritz Hansen combat la copie. Herman Miller propose des campagnes de sensibilisation raffinées.

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2