Milan 2011 #1 : l’excellence française

Posted on 10 mai 2011

Du 12 au 17 avril dernier se tenait à Milan le Salone del Mobile, le plus important rendez-vous du design, accompagné de sa cohorte d’événements off dont le nombre dit-on dépassait cette année les 300. La France y était bien représentée cette année, particulièrement par l’excellence de cinq grandes manufactures, ainsi que par une sélection de jeunes designers au Centre culturel français : Nouvelle vague !

Cette année, à la veille de l’ouverture du Salone del Mobile de Milan, les grandes agences de RP italiennes étaient inquiètes face à la forte présence française annoncée, et ce malgré la qualité des nouveaux produits des éditeurs de design de la péninsule. En effet, sans qu’il y ait eu concertation ou coordination, la représentation française y fut particulièrement forte, non pas sur le segment traditionnel de l’industrie du meuble, mais arrivée par un autre biais. Celui des grandes manufactures. Ainsi, parmi les premières à ouvrir le bal, Hermès inaugurait le mardi soir – il faut noter que les événements importants de la design week ont tendance à être de plus en plus tôt dans la semaine – une présentation impressionnante. A l’intérieur de la Pelota, la maison de luxe présentait 3 nouvelles collections de meubles dans un pavillon de carton imaginé par Shigeru Ban. La planète design était présente pour découvrir les pièces d’Enzo Mari, d’Antonio Citterio et de l’agence RDAI (Rena Dumas Architecture Intérieure). Une banquette en velours jaune poussin nous a particulièrement tapé dans l’œil dans cet ensemble de très bon ton. Mais l’un des plus beaux événements fut celui de la maison Baccarat.

Dans le palais Morando, le cristallier invitait à un parcours féerique en 21 étapes : Baccarat Highlights, nouvelles pièces de luminaire lancée l’année d’Euroluce (salon du luminaire au sein de la foire). Retenons l’humour de Philippe Starck avec son cristal noir ou son merveilleux chandelier parapluie “Marie-Coquine“, la simplicité du Jardin de cristal de Yann Kersalé, la fantaisie de Jaime Hayon, la référence aux archives de la manufacture par Noé Duchaufour-Lawrance, ou encore le papier washi recouvrant le cristal d’Eriko Horiki. A noter également les prototypes issus d’un workshop réalisé entre Baccarat et l’écal autour du verre Harcourt, montré dans un autre espace. Plus loin, le studio du vénérable Michele De Lucchi regroupait 2 autres manufactures importantes pour lesquelles il a dessiné de nouvelles pièces : Sèvres – Cité de la céramique et Pleyel. Un ensemble de porcelaines émaillé bleu donc (que l’on avait repéré en avant-première au Pavillon des Arts et du Design à Paris) et un piano parfaitement équilibré. Un peu ennuyeux peut-être… les vitrines dessinées aussi pour Pleyel étaient plus surprenantes ! Cinquième grande manufacture présente, Bernardaud qui montrait au Spazio Rossana Orlandi (espace incontournable mais un peu décevant cette année) son nouveau service de table “Euro tropiques“ signé des frères Campana, et en la basilique San Lorenzo une apparition sacrée, spectaculaire, conçue par le designer Sylvain Dubuisson. Un film illustrant les savoir-faire maison accompagnait cette démonstration d’excellence parfaitement orchestrée. Les grandes “maisons“ hexagonales étaient donc venues en force cette année à Milan présenter leurs collections de meubles, objets et luminaires imaginées par des designers de grande renommée. Autre marque française, de l’industrie cette fois-ci, Citroën tirait elle aussi son épingle du jeu, faisant la part belle à la recherche et dévoilant au public 2 concept cars imaginés par Ora Ito pour elle. Le premier resitue le transport à l’âge de la chaise à porteur, le second comme un vaisseau spatial s’inscrit dans la lignée esthétique de l’iconique DS.

Mais où était donc la génération montante des jeunes designers français ? Le commissaire et journaliste Cédric Morisset en avait sélectionné 5 comme représentatifs de leur génération : A+A Coren, Pierre Favresse, Studio Nocc, Ionna Vautrin et Pool présentés au Centre culturel français. Exposition remarquable intitulée “Nouvelle vague“. C’était l’endroit où découvrir ces talents prometteurs, les éditeurs ne s’y sont pas trompés !

/Par F.H. /image 1 – “la maison Hermès“ – Shigeru Ban – image 2 “marie coquine – Philippe Stark/Baccarat – image 3  lampes “moais“ Ionna Vautrin

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2