coloriste16®cooperativedesign

Mettre la couleur au centre des projets

Posted on 25 juillet 2011

Henri Matisse disait “La couleur surtout et peut-être plus encore que le dessin est une libération“. Pour Xavière Ollier la couleur est avant tout un territoire de création d’une richesse absolue.

Elle est en effet le lieu de nombreux possibles pour une personne qui interroge le terrain de l’esthétique. Coloriste et designer spécialisée en architecture, paysage, urbanisme et industrie, cofondatrice du Bureau d’Études Nacarat aux côtés de Soizic Boucault, Domitille Chavigny et Vanessa Lehner, elle collabore aux différentes missions de Nacarat, notamment dans le domaine de la scénographie et du design urbain dans lequel elle possède une expérience significative*.
Pour Xavière “la couleur est en nous. Quand nous naissons, nous sommes plongés dans la couleur, ce qui la rend assez difficile à appréhender. En effet, elle fait tellement partie de nous qu’on a du mal à la mettre à distance, à l’analyser. La couleur est bien sûr perçue par tous les êtres humains de la même manière, c’est la façon dont nous l’interprétons qui est différente en fonction de notre culture et du milieu dans lequel nous avons grandi“. Elle est aujourd’hui également enseignante en Design d’Espace à l’IUP Couleur, Image, Design de Montauban, et responsable de l’option Couleur et Environnement**.

COMMENT ENSEIGNEZ-VOUS LA COULEUR?


Le métier de coloriste met la couleur au centre de ses projets. La couleur est donc pour nous un moyen de donner du sens à toute création, qu’elle soit architecturale ou de l’ordre de l’objet. Communiquer la couleur, c’est donc notre préoccupation première, et celle de nos clients. Nous créons pour eux des outils spécifiques de communication de la couleur, outils didactiques et pédagogiques, qui permettent de comprendre comment la couleur, avec ses sens multiples et ses entrées pluridisciplinaires, peut répondre à leurs attentes. Travailler la couleur, c’est avant tout s’extraire de tout jugement arbitraire, du “j’aime“ et du “j’aime pas“, pour plonger dans l’histoire, l’archéologie, la physiologie, les problématiques de perception, la chimie, la physique, et bien sûr, la création. La couleur ne peut se passer d’application. elle est destinée à être appliquée, à être portée par un corps physique. Ainsi, les outils de la couleur peuvent prendre toutes sortes de formes : un enduit, une peinture, un bois, mais aussi une lumière ou un végétal. En cela il n’y a pas de dichotomie absolue entre couleur, matière et lumière. La couleur est une donnée première, et ses outils peuvent être matériels ou immatériels.

QU’UTILISEZ VOUS COMME NUANCIER ?

Le Nuancier NSC est notre outil du quotidien, d’abord pour la richesse de sa gamme (1950 couleurs ), aussi pour la clarté de sa codification qui rend intelligible la position des couleurs les unes par rapport aux autres dans un espace tridimensionnel uniquement à la lecture de sa codification. Cet outil est essentiel dans la communication avec le client, architecte ou industriel.
Nous l’utilisons ainsi comme base, mais il ne peut se passer de tous les autres nuanciers plus spécialisés qui enrichissent notre répertoire de matières, textures et autres aspects de finitions, indispensables à une prescription adaptée à chaque cas de figure.

QUE MANQUE-T-IL – en terme d’outils, dans notre quotidien
Eugène Chevreul, grand penseur de la couleur au début du XIXe siècle, avait à son époque répertoriée 14 400 couleurs différentes. Aujourd’hui nous travaillons sur une base de 1950 couleurs et nous manquons encore parfois de finesse quand nous désirons retrouver une couleur de brique avec exactitude. Dans notre métier, très spécifique et ou une rigueur absolue dans la fiabilité des retranscriptions de la couleur est nécessaire, le nuancier de Chevreul ou un équivalent aurait pu enrichir notre quotidien.

Réflexion raisonnée rêve de perfection ?

QUE MANQUE-T-IL ? BIS (ce que nous tentons de faire évoluer)

Nous travaillons en ce moment à la mise en place d’un “Cahier d’inspiration couleur et matériaux pour l’architecture, la décoration et le design“. Cet outil est pour nous un pas essentiel vers la revalorisation de la place de la couleur dans les métiers de la création. Le premier exemplaire, assez expérimental, est sorti il y a peu de temps, et nous travaillons à son évolution. La couleur y est le lien nécessaire entre les différents métiers de la création. C’est un outil de réflexion sur les tendances, sur les matériaux et sur les manières de composer avec la couleur en design d’espace.

QU’EST CE QUE LA MATURITÉ DE VOTRE PRATIQUE ?
La maturité pour une entreprise qui a aujourd’hui 5 ans, est un mot encore abstrait. Nacarat, société de conseil et design couleur, fondée par Soizic Boucault, Domitille Chavigny, Vanessa Lehner et moi-même, constitue un beau chemin parcouru et une belle aventure exploratoire du potentiel du métier de coloriste. En effet, Nous intervenons dans les domaines les plus variés de l’architecture (chartes chromatiques, conseil couleur ponctuel sur des édifices contemporains et patrimoniaux, mais aussi requalification de quartiers ou création de guides couleur pour les promoteurs immobiliers), l’industrie (création de nuanciers pour les industriels) mais aussi paysage (palettes de fleurissement, conseils paysagers) et design industriel conseil (couleur/matière appliqué aux objets du quotidien et au packaging, création d’identités de marques par la couleur). Cette multitude d’entrées est un signe de la valeur de notre métier, dont l’expertise couleur, unique en son genre, s’applique à de nombreux domaines.

La maturité pour nous, c’est aussi la naissance il y a 6 mois du premier “cahier d’inspiration couleur et matériaux pour l’architecture, la décoration et le design“, ouvrage co-réalisé par les associées de Nacarat, et qui offre un regard nouveau sur les tendances et la couleur aujourd’hui. Nous offrons dans ce cahier un territoire d’expériences et d’appréhension de la couleur dans toute sa richesse, et nous souhaitons développer ce cahier et le distribuer à grande échelle.

* Commune de St Valery/Somme (projet de ZPPAUP) ; Ville de Tourcoing – Ville d’Amiens – ville de Lille – Ville du Touquet, mission de coloriste plasticienne pour le fleurissement de la Ville de Grenoble et nombreux projets de création de gammes auprès d’industriels.

** Elle effectue une recherche sur le thème : “méthode de coloration : la couleur matériau de la poétique urbaine“ à l’Université de Toulouse le Mirail (Équipe de recherche SEPPIA) et elle est diplômée d’un DESS en Arts Appliqués – Coloriste, spécialisation “couleur et design d’espace“ à l’Université de Toulouse le Mirail.

/Image –  Le lac de Thoune aux reflets (1904) Huile sur toile 89 x 100 cm © Institut Suisse pour l’étude de l’art, Zurich

 

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share

online-casino.blog.ca