Jean Sébastien Poncet®cooperativedesign

Nous manquons tous d’indiscipline

Posted on 15 septembre 2011

Quand on pose la question à Jean Sébastien Poncet : pour vous Paris cela représente quoi ? Il réponds simplement : LA ville. Une ville où il ne manque rien. “J’ai beau chercher, dit il, on trouve des vaches au salon de l’agriculture, des chèvres chez Roger des prés… C’est peut-être ça le truc, il manque le manque. Cet espace de rien pour l’imaginaire“. Du lapin d’Alice, il ne retient pas la course, juste le lapin ! “Courir, c’est pas mon truc“ ?  Modestement, il poursuit “l’utopie humaniste de l’amélioration de l’humanité par le savoir“. Alors chaque projet est un apprentissage, avec une seule question : “savoir comment on peut faire pour habiter un peu mieux notre grand vaisseau spatial, une grosse question pour un petit outil comme le design“.

POUR COMBLER CE “MANQUE DE VIDE“ QU’AVEZ VOUS CONÇU POUR PARIS DESIGN WEEK ?  

Je présente six projets dont deux sûr chez mon éditeur, ésé-édition. Ma revue (de projets) à la Prévert : Tuilo est une tuile qui permet de créer des structures d’aménagement du jardin et de l’irriguer par ruissellement des eaux de pluie et de rosée. Lady-loopsi est une cloche en feutre mise en forme suivant la méthode chapelière pour garder le thé au chaud. Ô est une guitare conçu et réalisée avec le luthier Rico priest-imago guitares. Mon gros lapin est une sculpture pour Editions sous étiquettes.

J’espère avoir fait le tour et puis j’essaie de surmonter “un sentiment de jalousie insurmontable quand je trouve un très bon projet“ créé par un autre. “J’aurais aimé concevoir le jeux des fable d’Enzo Mari et I Miss Swan de François Mangeol“.

DESIGN OU DECORATION QUEL EST DORENAVANT LE STATUT DE L’OBJET POUR VOUS ?

Le design existe en dehors des designers. L’urbaniste est un designer concevant des villes, de même qu’à priori, l’architecte spécialiste en bâtiments, le paysagiste en paysage… Je vais donc faire un gros raccourci : la pratique du designer se situe entre ce qui se manipule et ce qui s’embrasse. Si le facteur d’échelle donne un point de vue de corporation, pour ma part je pense qu’on est uniquement spécialiste de sa propre pratique et que rien n’empêche de se balader pourvu qu’on trouve les bons camarades de jeux. A ce propos, j’aime beaucoup le travail de Yona Friedman, notamment sur la notion d’utopie réalisable. C’est ce qui m’intéresse et c’est ce que le design permet. L’utopie en soi est quelque chose de très riche qui nourrit complètement mon travail, mais si on veut travailler le récit pour le récit, c’est plus intéressant d’écrire des bouquins ou de faire des films que du design. Car il me semble que nous manquons tous d’indiscipline.

 

Paris Design Week, ce sont 100 lieux qui exposent le meilleur du design, de l’art, de la gastronomie… durant une semaine. Ce sont six parcours : Austerlitz, Bastille/République, Champs-Elysées / Trocadéro, Les Halles / Le Marais, Madeleine / Opéra et Saint-Germain.

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share