disgression®cooperativedesign17

Qu’est ce que la singularité ?

Posted on 10 septembre 2011

Dans les “parcours d’influences“ de septembre les trois cabinets de tendances propose le thème de la Singularité. Mais qu’est ce que la singularité ?

Vincent Grégoire – NellyRodi - ne tente pas une définition de la singularité (le caractère singulier de quelque chose ou de quelqu’un), il préfère créer un néologisme “Couplicité“. Pour lui “dans son monde plus solitaire que solidaire, l’union fait la force et c’est en couple qu’on réinvente le monde ». Il met en lumière les binômes créatifs qui foisonnent (Studio DuHO, Normal Studio, Studio Nocc…). Leur complicité engendre des objets accolés, enlacés, emmêlés, en un mot, singuliers ! Le concept est intéressant, mais « complicité » n’est pas singularité !

François Bernard s’inspire lui de la singularité technologique (ou simplement la Singularité). Un concept, selon lequel la civilisation humaine connaîtra une croissance technologique si rapide que cela dépassera notre capacité à la contrôler ou à la prédire. Quelles sont les conséquences à long terme de l’évolution industrielle et son corollaire le design ? Pour François Bernard, apporter la réponse est déjà une forme de singularité ! Pour lui c’est sur le terrain du sport que la création trouve de nouveaux répertoires de formes. Les diverses pratiques sportives inspirent des actes inédits, avec « une poésie anticonformiste, qui disqualifient le déjà vu », en rendant singuliers des objets connus.

Au final, c’est Élizabeth Leriche dans ses « Obsessions privées » qui se rapproche le plus de la définition usuelle « une volonté de différence liée soit à l’individu soit à son paraître » : ce petit rien ou ces choses rares qui transforment un objet usuel (un sac plastique, un packaging) ou un objet de décoration en objet de désir et de plaisir. Un peu décontenancé au début par cette accumulation, par ce parti pris, on revient vite sur terre en s’imaginant martien venant sur un stand de Maison&Objet et découvrant 50 m2 de couvre-lit, de lampes, de chaises… Il chercherait vite ce qui fait la singularité d’un objet couvrant, éclairant ou d’assise au regard d’un autre.

Ici Élisabeth Leriche démontre que tout « peut devenir matière à une quête frénétique et prétexte à des accumulations compulsives ». Pour ce faire, elle accumule, collectionne et collationne les regards passionnés de divers collectionneurs. À l’idem d’un amateur de design et de décoration, l’objet banal, bizarre, précieux ou prestigieux acquiert une valeur émotionnelle.

Sans aller jusqu’à la sentence de nos tendanceurs : “l’uniformité de masse ne fait plus l’unanimité“, ce petit exercice bisannuel prouve qu’il est possible pour chacun d’affirmer une liberté de choix en matière de goûts et de style de vie. On peut aussi dire simplement, que l’objet remplit « singularise l’espace intime » et c’est plus que suffisant.

/Image 1 – Inspirations : Couplicité /concept & design direction HULGER design Samuel Wilkinson HULGER 2010  /La conversation chair design Sam Baron -Edition Gilles Peyroulet & Cie Paris 2006 /Image 2 Inspirations:  Hors Piste Moroso Paper Planes by Doshi Levien – Laurent Perbos credit Florent Joliot /Image 3 Inspirations: Obsessions Privees Allumettes C. Lava credit – Crane J. Faure

 

articles en lien

ibooksmartphoneligne_viergezone2

Bookmark and Share