Avoir les yeux bien ouverts

Posted on 17 décembre 2012

Ayant déjà commencé sa carrière dans les années 1990, la pionnière Astrid Krogh est aujourd’hui considérée comme l’une des designers les plus innovante dans le domaine des tapisseries en fibres optiques*. Adepte des nouvelles technologies, elle tisse la fibre optique. Ses réalisations ne sont pas des sources d’éclairage, son travail est influencé par la lumière. Qu’elles soient présentées sous la lumière froide du jour ou de la nuit, ses œuvres brouillent les frontières entre art, technologie et design textile. “Je fais de la recherche partout, tout le temps. Il s’agit pour moi d’avoir les yeux bien ouverts et sentir les nouvelles tendances, des nouvelles matières, des nouvelles formes d’expression… et peut-être les combiner. Très souvent, l’inspiration arrive quand je me repose et surtout quand je me trouve à un endroit ou je suis en contact avec la nature. J’ai la chance d’habiter un pays qui est entouré par l’eau. Une promenade à la mer est un moment propice à l’inspiration. Si un phénomène me captive, je passe beaucoup de temps à lire sur le sujet où fréquenter des experts dans le domaine. »

CET APPORT DE LA COULEUR GÉNÈRE-T-IL DES CONTRAINTES PARTICULIÈRES ?
Quand je travaille avec les couleurs, c’est d’une façon très intuitive, j’essaie de faire en sorte que les couleurs jouent ensemble. Travailler avec les couleurs est comme écouter un morceau de musique… parfois les tons sont harmonieux… à d’autres moments c’est la “disharmonie“ qui fait la musique. Par rapport à mes tapisseries en fibre optique, je l’exprime souvent comme ceci : la lumière est la couleur imaginaire dans laquelle les textiles sont trempés, et il est très important que les couleurs aient un libre « flow » et ne soient pas arrêtées par la technique.

Si ses réalisations sont destinées à des espaces intérieurs, Astrid Krogh décore également des façades “mes matières sont les alliées naturelles de l’architecture contemporaine. Pour un édifice ancien, je choisis par exemple de mettre en valeur un trait historique en le transposant dans un contexte actuel.“ Bien qu’Astrid Krogh utilise des matériaux high-tech, la réalisation de ses textiles passe par des techniques traditionnelles. “Je tiens à naviguer entre les méthodes de tissage artisanales et les nouvelles technologies, car l’une et l’autre m’inspirent tout autant. C’est justement cela qui est fascinant“. Elle aime puiser dans la tradition pour promouvoir des matières d’avant-garde. “J’aime des innovations qui lient le nouveau avec l’ancien. Mes tapisseries, techniquement avancées, sont tissées sur un métier à l’ancienne. Peut-être suis je consciente que toute innovation a des racines dans une tradition, mais qu’en même temps cette innovation porte la tradition vers une expression contemporaine. Je sens que les gens n’ont plus aussi peur d’utiliser des couleurs : elles expriment la vie !“

*Ses œuvres se trouvent dans de grandes collections publiques et privées partout dans le monde comme le Parlement danois et Maersk Data à Copenhague ainsi que dans le 21C Museum Hotel à Louisville. Elle a reçu un nombre important de prix comme The Danish Art Foundation en 2006, 2009 et 2011 et le Thorval Bindesboell Medal en 2008. Elle proposera une installation pour la maison de l’industrie danoise à Beijing par les architectes Lundgaard & Tranberg en 2013. /Images Mare Tranquilitas – 2012- Fibres optiques et aluminium – Édition limitée à 8 exemplaires uniques (+ 2 prototypes + 2 E.A) – Galerie Maria Wettergren  – 18, rue Guénégaud – 75006 Paris 

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2