Si on m’avait dit que je ferai ça…

Posted on 17 décembre 2012

Maud Vantours, designer et Plasticienne, vit et travaille à Paris. Issue de Duperré, elle accorde dans son travail une place prépondérante à la couleur, au graphisme et à la matière. Aimant partir d’un motif en 2D, elle le décompose afin de le développer en volume et d’exprimer toutes ses facettes. Une vraie poétique se dégage de ses sculptures faites de papiers. Elle plie, ajoure, accumule, superpose couche après couche afin de créer des motifs en volume. Son travail, entre art et design, a séduit les grandes marques de luxe avec qui elle collabore mais également des marques de grande distribution.

DANS NOTRE MÉTIER, JUSQU’ OÙ DOIT POUSSER L’EXIGENCE DE PARITÉ* ?
Dans 30 ans, j’aimerais que ce que j’ai accompli dépasse les espérances de mes 27 ans et pouvoir me dire : si on m’avait dit que je ferai ça, l’aurais-je cru ?

PROBLÈME DE GENRE ?
Je n’avais jamais pensé que cela pouvait avoir une quelconque importance, ce qui compte donc réellement selon moi c’est l’acte créatif lié. Je ne pense pas que l’on doive juger un designer sur son genre, le simple fait de différencier designer et designer(e) sous tend une hiérarchie. Or le genre importe peu, ce n’est pas ce qui doit déterminer un designer. Alors, sur quoi doit-on s’attarder ? Sur l’impulsion créative : sa vision, son univers, sa sensibilité, son état d’esprit, son environnement, son vécu, ses envies et bien sûr ce qu’il souhaite exprimer. C’est pour cela que chaque designer/créateur/artiste est différent, il y a donc des univers aussi divers et variés qu’il y a de créateurs. Je ne pense pas que l’on peut seulement les séparer en deux simples catégories.

C’est juste tout cela qui me sépare d’un autre designer (masculin ou féminin).

*nous avons posé une question pour réaction à tous les designer(e)s de cette série – Le 2 octobre 1974, lors d’un voyage au Canada, Gérard Pelletier demande à Françoise Giroud : Mais jusqu’où allez-vous pousser cette recherche, cette exigence de l’égalité, de la parité de la femme dans le système ? Françoise Giroud répond : Jusqu’à ce que des femmes incompétentes puissent occuper des postes de direction comme les hommes le font/illustration –  lampe Diamond – édition Anthologie Quartett

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2