Transformer l’économie

Posted on 6 décembre 2012

“je ne crois pas du tout aux pure-players, mais je ne crois pas du tout aux gens qui n’ont pas de culture Web, ou à ceux qui ne font que des PR, que des contenus“ Laurent Habib*.

habib_babel®cooperativedesign

LH. “Notre métier est devenu un métier industriel. Il faut être capable de traiter du on, du off-line, de la vidéo, de produire dans le temps, de faire vivre les contenus sur plusieurs supports. Cela nécessite une organisation qui ne peut pas être la même qu’avant. Partant des enjeux corporates et commerciaux, il faut intégrer les dimensions opérationnelles de notre métier“.

QUEL EST LE ROLE DE LA COMMUNICATION AUJOURD’HUI ?

LH.  “La difficulté de la communication c’est quand elle est pensée comme un art de la séduction et de la manipulation. La communication n’est pas un habillage, elle crée de la valeur, elle se place en amont du business modèle, regardez les retours sur le lancement de Babel ! Est ce que l’agence existe déjà ? pourtant tout le monde en parle. Dans notre société, il faut créer de la valeur, accompagner et produire les transformations“.

QUE DOIT FAIRE L’INDUSTRIE SELON VOUS ?

LH. “Je pense que l’immatériel est l’avenir. Le premier niveau de l’immatériel c’est la marque, le second ce sont les services associés à la marque (garantie, SAV), le troisième c’est le partage, la location, par exemple, pour l’industrie automobile, la gestion d’une flotte automobile, le quatrième est d’être un intégrateur de mobilité individuelle…

*Laurent Habib est l’ex-directeur général du groupe Havas et président d’Euro RSCG C&O, a annoncé il y a quelques semaines le rachat et la fusion de trois agences Ligaris, Ministère et Plan Créatif rebaptisé Babel comportant déjà 180 salariés. “La force de l’immatériel. Pour transformer l’économie » – Laurent Habib – PUF – 72 pages – 2012. Mots-clés : Laurent Habib, Babel, groupe Havas, Euro RSCG C&O, Ligaris, Ministère, Plan Créatif, La force de l’immatériel. Pour transformer l’économie /image 1 – Heavenly City – 08, 2008 – Yang Yongliang –  Galerie Paris-Beijing 

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2