Les bâtiments communiquent

Posted on 13 janvier 2013

Il existe des façades médiatiques datant des premières décennies du XXe siècle, comme par exemple les panneaux publicitaires sur Times Square. À l’origine, ces façades statiques, affiches surdimensionnées adaptées à l’édifice, étaient tout simplement un ajout. Dorénavant les façades sont de plus en plus dynamiques. L’image modifiée de la coque tisse de nouveaux liens entre le bâtiment, l’emplacement et la fonction et donne naissance à un outil de communication. “Les façades sont une expansion de l’esthétique“, commente Tim Edler, “désormais, l’architecture est une tentative d’ordonner les éléments de l’environnement, où le bâtiment interagit plus directement et plus rapidement avec son environnement“. Alors, imaginons un coucher de soleil permanent, une pure abstraction, un moment suspendu en mouvement perpétuel, au-delà des frontières et de nos perceptions. Conçu par le collectif Electronic Shadow (Naziha Mestaoui et Yacine Ait Kaci), Eternal Sunset propose au public de vivre une expérience renouvelée quotidiennement : découvrir en temps réel un coucher de soleil sur la façade du Suite Novotel*.

UNE NOUVELLE FOIS VOUS INVESTISSEZ LE MEDIA FAÇADE, QUEL EST VOTRE RAPPORT À L’ARCHITECTURE URBAINE ?


Depuis 12 ans d’existence d’Electronic Shadow, nous avons toujours considéré l’architecture comme un média dans une fusion à venir du matériel avec l’immatériel. C’est bien plus que de considérer qu’il y ait d’un côté une architecture urbaine et de l’autre une architecture de l’information, c’est une hybridation des deux dans un rapport différent au lieu et à l’expérience. De fait, la mobilité a modifié le rapport à la ville, d’abord la mobilité des corps vers les bâtiments-information jusqu’à la mobilité de l’information elle-même. La façade devient un des points de rencontres entre la matérialité du bâtiment et l’immatériel des informations et des signes qu’il abrite, jusqu’à la friction de l’art qui en modifie la perception.

COMMENT PRENEZ VOUS EN COMPTENT L’INTÉRIEUR ET LA LOGIQUE DES LIEUX ?


De fait, une façade n’est pas qu’un mur, c’est la surface d’un contenu qui se poursuit à l’intérieur. Dans le cas de notre intervention sur l’hôtel lillois, il nous semblait pertinent de jouer le motif du coucher de soleil sur un bâtiment dont la vocation est d’accueillir le sommeil et la traversée de la nuit que le coucher de soleil annonce.

PENSEZ VOUS ÊTRE UNE NOUVELLE GÉNÉRATION DE MURALISTES ?

Peut-être dans la mesure où le mur poursuit son histoire de média à part entière mais il s’agit moins d’utiliser le mur comme une surface d’expression que comme extension du bâtiment lui-même. Nous inaugurons l’année prochaine une média façade permanente intégrée à l’architecture de Jakob et MacFarlane du Frac Centre d’Orléans dont nous avons conjointement remporté le concours. La peau d’information fait partie du bâtiment à part entière, c’est le début de l’hybridation.

*Lille3000 – Depuis Lille 2004, décomplexée Lille a continué à faire vivre l’élan culturel qui a embrasé et fait rayonner ce territoire alors Capitale Européenne de la Culture. En s’appuyant sur la conviction “que l’art et la création sont des espaces fédérateurs d’émotion et de réflexion“ – Martine Aubry – Lille3000 a considérablement amplifié cette dynamique au travers d’événements aussi pointus que populaires, présentant de nouveaux rendez-vous de la Gare Saint Sauveur (Futurotextiles) et une grande exposition au Tripostal.

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2