Regarder les nuages

Posted on 12 janvier 2013

D’emblée on peut se poser la question de savoir qu’est-ce qui pousse un designer à s’installer en résidence ? Et plus particulièrement à Lille (Lille design) ? « Façonner la matière, confronter son prototype à des usagers, échanger et jouir de la dynamique de l’événement, répond Étienne Barlot*, d’autant plus que pour lui, Lille a toujours été une ville sensible à la culture. Cette ville « en mouvement constitue un laboratoire d’expérimentation pour des innovations sociales.Là, Étienne veut apporter une réponse au stress généré par les flux : “je souhaite proposer un répit et permettre de lever les yeux vers le ciel“ (et les nuages). Prototype, sa “toile d’évasion“ est un mobilier urbain qui offre une position assis-debout et inclinée, qui permet au corps d’être totalement relâché, lors de pauses méridiennes. « Bien sûr c’est un projet de résidence, mais cette idée est conforme à une réalité pour les usagers de la ville ». Comme son projet, pour Étienne, le design une grande part d’équilibre, un outil, une activité qui résulte d’une somme d’intentions liée à l’observation de notre environnement, de la société et de ses évolutions. Alors ne nous trompons pas, car il fait partie de ces nouveaux designers, jeunes diplômés ne se jugent pas sur la base d’une singularité, mais cherche à être en résonance avec le plus grand nombre. “Le design s’inspire du patrimoine objet, architectural, filmique, graphique, environnementale, sociétal, littéraire. Au designer de détecter les phénomènes nouveaux et les problématiques associées, c’est ce que sépare pour lui le concepteur de l’artisan. Issu du savoir faire technique, de la spécialisation et de la connaissance profonde de la matière. Il n’a pas pour vocation de formuler des intentions au travers de ses réalisations. Si tel est le cas alors il bascule dans le design“. Concepteur versus réalisateurs, une position osée ! Osons une question :

VOUS INSCRIVEZ-VOUS DANS UN ÉCOSYSTÈME ?

Transposer la notion d’interdépendance entre un être vivant et son milieu à l’homme est révélateur de notre quête perpétuelle d’équilibre. Il s’agit presque d’une valeur, d’une aspiration. Il faudrait en faire un paradigme sociétal !

À mon échelle, je me bats au quotidien pour l’enrichir.

* diplômé de l’ENSAD de Paris École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs) en 2009 il est dorénavant indépendant.

 

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2