Créer un équilibre entre convention et innovation

Posted on 6 février 2013

Sebastian Brajkovic explore la notion de rotation à travers son mobilier sculptural. Cet intérêt à faire bouger les formes trouve son origine dans son enfance. Entre peinture, sculpture, art ou design, il s’est finalement porté sur la Design Academy d’Eindhoven, où sous l’influence de ses tuteurs Gijs BakkerHella Jongerius et Jurgen Bey, il explore les possibilités de croiser les “milieux“.  Diplômé de l’Académie en 2006 son projet a un impact énorme sur le monde du design-art : ses œuvres sont dans les plus importantes collections privées.

La série Lathe – Galerie Carpenters Workshop en 2008 – revient sur cette fascination d’origine. La rotation est visible sur les profils exagérés de la table et sur les couches concentriques de tourbillons qui constituent sa surface. Sebastian crée un équilibre esthétique de la structure entre convention et innovation. “Mon travail présente la façon dont les choses se déplacent même quand l’objet ne bouge pas“. Par là, il défit la tradition qu’il emploie : chaque travail est d’abord sculpté à la main avant d’être moulé. Dans le même temps Sebastian Brajkovic utilise les techniques du numérique. “Mes influences vont du classique à l’art contemporain, du futurisme aux films d »Andrzei Tarkovski, c’est pourquoi j’aime que les choses se transforment rapidement“. Mais nous ne nous trompons pas : de l’extension de pixels à la distorsion des images, il existe une distance réelle entre le regard et la sensation délicate de ses œuvres. Souvent composées de bronze, elles sont trop lourdes pour être soulevés sans aide mécanique.

/image –  série Lathe – Galerie Carpenters Workshop

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2