Un précurseur au service de l’habitat

Posted on 9 mars 2013

Ingénieur des Arts et métiers, Steph Simon (1902-1982) devient, au sortir de la seconde guerre mondiale, l’agent commercial de l’Aluminium français. C’est dans un contexte de reconstruction et de nécessité d’habitat à bon marché, favorables à la production industrielle qu’il se lie à Jean Prouvé et Charlotte Perriand qui lui confient la promotion de leur création innovante.

prouve_steph_simon

Stéph Simon va jouer un rôle central pour favoriser la production en série de l’habitat collectif. Alors qu’il édite les équipements collectifs des cités universitaires internationales de Paris et d’Antony, il décide en 1956 d’ouvrir une galerie au 145 boulevard Saint-Germain à Paris, où il expose les modèles exclusifs des futurs grands noms du design français.*

Novateur et téméraire Steph Simon fut un véritable précurseur du mobilier moderniste**. L’ouverture de sa galerie demeura un phénomène nouveau, où Les architectes intérieurs collaborateurs s’engagent à créer dix modèles standards par an et à les adapter au gré des commandes, d’où certaines pièces rarissimes.

*luminaires de Serge Mouille, vaisselle de Jean Luce, vases de Georges Jouve, grès de Pierlot, tapisseries de Simone Prouvé – puis les luminaires en papier d’Akari Isamu Noguichi (1963) – tabourets de Sori Yanagi… **En 1974, Steph Simon revendra sa galerie à Henri Machet, l’un de ses collaborateurs. C’est à lui que François Lafanour (Galerie Down Town) a acheté les 700 plans, 300 photos, factures, bons de commande, projets composant les archives de la galerie. /Images – 1/ extrait du catalogue de restropsctive Galerie Downtown, “Steph Simon: Retrospective 1956-1974″ 2/ Steph Simon

Related Articles:

ibookligne_vierge

zone2