Spin design

Posted on 16 mai 2013

Anne Sudrow – chercheur au Centre d’histoire contemporaine de Potsdam – a découvert un rapport secret dans le Cambridgeshire, Royaume-Uni. Il peut être considéré comme “la source la plus importante et éminente sur les pratiques de conception dans l’industrie allemande dans le milieu du 20ème siècle“.

Le rapport offre des perspectives inégalées dans la réalité de la production de biens de consommation dans l’après-guerre en Allemagne. Les Alliés ont reconnu l’intérêt d’un domaine méritant un examen – extrêmement innovant, le secteur industriel ayant été contraint de faire usage de matériaux de substitution dans le cadre du plan nazi de quatre ans.

Trois raisons possibles pour l’intérêt que les Britanniques ont montré pour le sujet 1/ les avantages qui en découlent pour leur propre industrie 2/après guerre le design britannique bénéficie de subventions publiques (le design council est fondé en 1944 pour ancrer la notion de “bon design industriel“) 3/ aider la profession de designer industriel à s’imposer comme une véritable profession en Grande-Bretagne.

Le rapport affiche les premiers signes d’une évolution qui a conduit le design à jouer un rôle de plus en plus déterminant dans le succès des produits de masse. Cette mission secrète n’a pas grand chose à voir avec l’image glamour souvent associée à notre compréhension moderne du terme “design“. Elle consiste en l’envoie de neuf designers de renom et d’experts britanniques en l’Allemagne entre Juin et Décembre 1946. Répartis en équipes différentes, ils ont visité un total de 92 entreprises et 22 établissements d’enseignement. Dans les zones d’occupation américaine, ils interrogent entrepreneurs, réalisateurs, techniciens, architectes et architectes d’intérieur, designers et personnel enseignants. Ils étudient toute une série de produits, photos et illustrations, le tout afin de sonder les méthodes de recherche et de production utilisées.

La mission, qui avait été mise en place, à servi a jeter les bases du design anglo-saxon. Malheureusement si le rapport est une parfaite étude de terrain, il ne livre pas de conclusions, ni de recommandations dont nous pourrions juger de l’efficacité 60 ans plus tard. En revanche il indique clairement comment les industriels allemands furent enthousiastes à propos du “bon design“ et combien ils ont apporté leur soutien aux établissements d’enseignement.

/Rapport secret sur le design allemand (Geheimreport Deutsches Design) – (1946) – Texte original en anglais, commenté et et introduit en allemand et anglais par Anne Sudrow / 2012, Deutsches Museum, Abhandlungen und Berichte, vol 28 / commander le livre image © Bildarchiv Preußischer Kulturbesitz

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2