C’est le moment de regarder l’architecture japonaise

Posted on 4 novembre 2013

Établi comme un pavillon de thé en 1934, la serpentine est devenu une galerie en 1970, fondée par l’Arts Council England comme une galerie sœur de la Hayward Gallery. Julia Peyton-Jones en 2000, en collaboration avec Oscar Niemeyer initie l’idée de montrer des représentations architecturales plus que des bâtiments. En 2000, l’expérience est unique, depuis le programme Pavilion à essaimé (Sydney…). Ce qui est spécifique aussi c’est qu’il ne s’agit pas d’un appel à candidatures, ce n’est pas un prix, c’est une invitation, un programme sélectif*. Démontés, les pavillons ne sont pas détruits, ils sont vendus après l’exposition.
Sou Fujimoto va créer le Pavillon Serpentine Gallery de cette année. Troisième architecte japonais après Toyo Ito et Sanaa, il reflète un nouveau programme d’exposition. Dorénavant, il faut choisir un architecte avant qu’il ait une expérience trop forte (cf. Frank Gehry, Peter Zumthor, Jean Nouvel ou Olafur Eliasson ont participé précédemment et contribué aussi à la notoriété de l’institution)

*Nouvel impératif : que ce soit la première structure de l’architecte au Royaume-Uni. Les programmes de la Serpentine Gallery attirent jusqu’à 1,2 millions de personnes au cours d’une année. 

Related Articles:

ibookligne_vierge

zone2