Le design n’est pas une course quantitative

Posted on 4 décembre 2013

Je n’envisage pas ma future carrière comme une course quantitative bien au contraire, d’autres l’ont fait ce n’est pas mon intention.

Son nom est Sasha (une forme abrégée de Oleksandra Tereshchenko), elle vient de Kiev – Ukraine – et de l’Université Nationale de Construction et d’architecture. Elle a 27 ans et suit des études de design industriel à l’Université de Laponie – Finlande. Son évolution suit son envie de travailler sur des échelles différentes plus proches de la personne : “’ai la chance de ne pas avoir de limites, de pouvoir ouvrir les portes“. Son travail elle le conçoit pour l’impression 3 D, un mode de production efficace, offrant un minimum des déchets, très flexible et répondant au besoin unique ou individuel.

C’est pourquoi elle a tenté et gagné le concours Dixon. Le défi : créer un meuble en matière composite en utilisant la technologie d’impression 3D

POUR VOUS LE DESIGN C’EST QUOI ?
Notre rôle consiste à être curieux puis de communiquer autour de l’objet, malheureusement depuis quelque temps quand on parle de design, il s’agit moins de forme et d’apparence, mais plutôt de stratégie d’entreprise. Par extension le concepteur devient communicant (un énorme accent est mis là dessus dans le processus éducatif). Faut-il s’en inquiéter ? Le déplorer ? Je ne le sais pas, mais c’est une autre manière d’envisager notre métier, pas la mienne. Moi, ce que j’apprécie, c’est le facteur humain dans la conception et l’impact sur la vie de tous les jours.

C’est déjà beaucoup de responsabilités et cela me permet de m’envisager comme un sujet “multifonctionnel“ avec un défi : créer tout en développant une expression personnelle. Sur cette base les priorités s’établissent : l’application d’une nouvelle technologie, le développement d’un nouveau produit ou la création d’une plate-forme interactive.

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2