Renouer avec la ligne épurée

Posted on 28 avril 2014

Béatrice Blanchard est une inconditionnelle de Charlotte Perriand, Jean Pouvé, Ludwig Mies van der Rohe, Walter Gropius et du Bauhaus en général. Inconditionnelle de « la justesse de la ligne entre simplicité, élégance, intelligence d’un fonctionnalisme rigoureux et épuré ».

Son projet s’inscrit dans sa vie professionnelle comme une transition : “j’ai toujours abordé les espaces intérieurs comme de véritables œuvres où vivre est un art“. Créer du mobilier s‘est imposé à elle comme une évidence. Après avoir imaginé et dessiné “la Galuchette©“- ornementation aux procédés classiques de dorure – elle a voulu donner plus de contemporanéité à ce procédé noble. “Annuler la vision rococo, et renouer avec la ligne épurée que j’affectionne et souligner l‘objet“. Pour Béatrice, le meuble, l’objet, la sculpture doivent s’inscrire dans une réflexion sur la modularité, tout en mixant des qualités fonctionnelles, durables et haut de gamme. « Précieuses par les matériaux utilisés, durables de par leur provenance et leur production et haut de gamme par leur façon.

QUEL EST VOTRE MESSAGE ?
Le luxe est idéalement placé pour rendre les engagements éthiques et socialement responsables plus séduisants (jouer un rôle leader dans leur promotion). Pour cela, il faut revenir à plus d‘éthique, même si cela semble antinomique. Il faut utiliser les ressources rares avec parcimonie, en les sublimant. Il faut créer du sens pour l’artiste et pour l’acquéreur : c’est mon message et un enjeu !

LE DESIGN ?
L’époque, où chaque métier était étiqueté, est révolue.
L’architecte est designer, graphiste, coloriste, l’artiste est artisan et inversement…
Les esprits se libèrent et laissent libre cours à la création. Une transversalité s’opère et ouvre le champ des possibles. Cela me porte et m‘engage dans un processus de création plus conscient, car l’humain y reprend sa place première. Ce processus est en marche et j’y suis intégrée et acteur (actrice).ibookligne_vierge

zone2