Josef Hoffmann – pour un monde rationalisé

Posted on 26 février 2016

Il veut promouvoir un design de qualité en privilégiant une fabrication artisanale de haut niveau et proposer au public des objets réalisés en série.

Il est un des cofondateurs de la Sécession viennoise, avec le peintre Gustav Klimt et les designers Koloman Moser et Joseph Maria Olbrich, Comme d’outres membres des Wiener Werkstâtte et de la Sécession, il s’est inventé une signature graphique très épurée. Hoffmann rejette délibérément les modèles stylistiques du passé et refuse tout décor inspiré de la nature Seules les formes géométriques et abstraites trouvent grâce à ses yeux, ce qui entre en résonance avec un monde dominé par l’avènement de la production en série, industrialisée, rationalisée.

sécession-viennoise-Joseph-hoffmann-armlöffel

Dans ces dessins, la présence de motifs décoratifs compense souvent la structure très géométrique des meubles. De petites sphères de bois forment un contrepoint aux verticales qui structurent les articulations de ses meubles. Ce contraste entre les formes géométriques et le décor sera le leitmotiv toute sa carrière. Hoffmann conçoit ses intérieurs comme des œuvres d’art totales: les percées de grilles d’une régularité parfaite, et totalement dépourvue de toute autre décoration, entraînèrent l’idée que le Werkstâtte créait un vocabulaire esthétique conçu spécifiquement pour tirer le plus parti possible des atouts de la production mécanique. C’était une rupture importante avec l’hostilité de William Morris envers les machines. Tandis que ce dernier puisait son inspiration dans le passé, dans un âge préindustriel, le Viennois regardait devant lui, avide de nouveauté.

Josef Hoffmann et Kolomon Moser établirent un argument éminemment séduisant en faveur de ce que l’on pourrait définir comme le concept de luxe dans son acception moderne : “La machine […] conduit à un sens affaibli de la responsabilité, et de l’autre, l’abondance mène à la superficialité.“ Mais à l’épique posséder un produit du Wiener Werkstâtte prouvait son appartenance à une certaine élite culturelle qui participa à définir la culture contemporaine, même si l’entreprise ne connut jamais le succès financier.

Cela étant, il n’est pas facile de définir ce qui constitue le luxe au sens moderne du terme.

Luxe et la modernité sont des concepts antagonistes.
Le luxe repose sur une attirance envers l’idée de tradition, tandis que la modernité paraît égalitariste, démocratique et globale. En réalité, luxe et modernité ne sont pas aussi opposés étant donné que le luxe est devenu une industrie absolument essentielle en Occident.

Parmi ses créations les célèbres figure le palais Stoclet, à Bruxelles, construit de 1905 à 1911 avec la collaboration de Gustav Klimt. Hoffmann dessine le pavillon de l’Autriche pour l’exposition des Arts décoratifs de Paris en 1925. Ses motifs géométriques marquent fortement le style Art déco des années vingt et trente.

/Illustrations – /1 Josef Hoffmann – circa 1906 – /2 – Vienna Werkstätt – 1920 3/ Armlöffel chairs – 1908