Camille Mariot – Design critique – Critique design

Posted on 22 septembre 2016

Le mémoire de Camille Mariot* est une recherche autour de la pratique d’artistes et de designers des quinze dernières années afin de comprendre dans quelle mesure une posture critique se développe dans le design contemporain.



Au travers de différents thèmes reprenant les notions principales de la critique, autonomie – alternative – singularité et mouvement, cette recherche tisse des liens entre théorie et conception. Elles se rejoignent dans une critique du design et de la société dans laquelle il prend place.

Pratiquer et théoriser un design critique et une critique du design, c’est toujours remettre en question sa pratique, sa théorie, ses idées et ses projets, ainsi que ceux des autres. C’est être capable de critiquer, de s’autocritiquer, et d’être critiqué. C’est une posture instable, un mouvement intellectuel et en action constante, où la remise en question de sa propre vision du design est le point de départ. D’où cette nécessité de plus en plus pressante qu’il existe une réelle critique en design.

Le design peut être autre, être une force de possibilités, donc de différences et d’alternatives ; être un substitut démocratique, qui permet de retrouver son libre arbitre, que ce soit pour le designer ou l’individu. Il favorise l’esprit critique, le stimule et permet un regard distancié.
Par la critique, le design marchand se déplace pour devenir finalement un design partenaire, un design contagieux. Il s’insère dans la production, dans l’industrie et dans les institutions. Il les détourne et les contamine pour les modifier, les remettre en mouvement, les faire entrer dans l’informe, le bizarre, le curieux, l’excentrique, le grotesque, l’inusité.
Il amène à des projets permettant de nous questionner sur les objets, dans un échange réciproque avec eux, comme des partenaires. Un design valorisant cette relation permet d’ouvrir des possibles avec les objets, de les dévoiler, de les déspécialiser. Un lien se crée ainsi, ouvrant des chemins, des voies qui se font dans le doute, dans la nuance et la prudence, dans la recherche de possibilités, d’alternatives comme autant de propositions.

C’est finalement un design qui a conscience de ses propres choix, de sa place et de sa réalité, libre et situé dans le monde. Ainsi, pourrait-on imaginer que le design critique puisse devenir un design de l’exister.

Camille Mariot est diplômée de l’École Supérieure d’Art et Design de Saint-Étienne. Étudiante, elle a eu à rédiger un mémoire de fin d’étude – direction de Rodolphe Doniaux et François Cusset – dont le sujet est le design critique en parallèle de son sujet de diplôme qui portait sur notre rapport aux tâches ménagères à travers les objets du quotidien, dont l’image ci dessous est une illustration. 


photo-diplome-camille-mariot