Le Corbusier – le maître puriste

Posted on 13 octobre 2016

Le Corbusier est sans doute l’architecte le plus révolutionnaire et influent du siècle.

On lui doit quelques-uns des concepts les plus radicaux et les mieux articulés sur l’architecture, qu’il a envisagée comme le moyen de répondre aux besoins et aux aspirations de la société moderne et démocratique, dominée par la machine. Dans sa pratique, qui englobe aussi bien l’échelle urbaine que celle du logement ou de la maison individuelle, Le Corbusier a développé une théorie de la forme architecturale qui rompt avec l’excès ornemental du siècle précédent en faisant prévaloir les forces de la raison, de la simplicité et de l’ordre.

En 1905. il complète sa formation aux beaux-arts en travaillant pour deux importantes agences d’architecture : celle d’Auguste Perret à Paris et de Peter Behrens à Berlin. En 1914, il développe la première de ses idées révolutionnaires : l a structure de béton armé supportée par des poteaux d’acier : le plan libre qui ouvre sans restriction l’espace intérieur du bâtiment. En 1917, Le Corbusier arrive à Paris et intègre rapidement l’avant-garde artistique de la capitale. il fait la connaissance du peintre Amédée Ozenfant et s’intéresse à la peinture post-cubiste, que l’on appellera plus tard le purisme. En 1920 il change de nom : Charles Édouard Jeanneret devient Le corbusier (le corbu) En 1923, il rédige un très influent manifeste, recueil de ses différents articles intitulé “Vers une architecture“.

En 1926, il publie “Cinq points de architecture moderne“ : l’usage du plan libre, le toit terrasse, les ouvertures larges et continues, la façade pleine et le recours aux pilotis (ou poteaux) portants. Après 1930, néanmoins, le mobilier n’occupe plus une place majeure dans le travail de Le Corbusier ; qui se consacre désormais à l’architecture et à l’urbanisme. Dans les années cinquante, le style austère de ses designs d’avant-guerre se teinte de références douces, organiques et plastiques*. Pour lui le mobilier est partie intégrante de la structure, apparaît sous forme de tables en béton à encorbellement, ou se compose de pièces anonymes, fabriquées industriellement. Les unités de rangement concrétisent ses idées.

main_2

* l’architecte est toujours avide de nouvelles expériences. Il s’oriente, à l’aide de collaborateurs, vers la sculpture, la tapisserie, la peinture à l’émail sur tôle, l’estampe, le livre d’artiste et la lithographie / image 1 – Femme lisant, 1936 – image 2 – la Main Ouverte 1956 © Fondation Le Corbusier