Bruno Munari – penseur utile ou inutile ?

Posted on 2 décembre 2016

Bruno Munari (1907-1988), peintre et sculpteur milanais, est connu pour ses recherches en communication visuelle. Il a publié plusieurs textes fondamentaux dans l’histoire du design mondial, et a écrit et illustré de nombreux livres pour enfants. Nombre d’expositions ont présenté son travail en Europe, aux Etats-Unis et au Japon.

On le surnomme “l’homme aux machines inutiles“, à cette époque – 1933 – régnait le Novecento et s’engageait le rationalisme, avec ses maîtres tous plus sérieux les uns que les autres, dont les manifestations artistiques monolithiques saturaient les revues d’art.

“Tous mes amis possédaient l’une de mes machines inutiles, mais accrochée dans la chambre des enfants, sans doute, car cet objet était ridicule et dérisoire, alors qu’au séjour traînaient des sculptures de Marino Marini et des tableaux de Carrà et Sironi qui respirent le génie à l’état pur, je ne pouvais pas pris au sérieux avec mon carton et mes fils de soie. Puis ces amis découvrirent Alexander Calder et ses mobiles en fer verni de noir ou de couleurs vives“.

L’appellation “inutiles“ a de nombreuses interprétations, car contrairement aux autres machines, elles ne produisent pas de biens de consommation matériels, n’éliminent pas la main-d’œuvre, n’augmentent pas le capital. Certains observateurs estiment au contraire qu’elles sont utile, car elles produisent des biens de consommation immatériels (images, sens esthétique, éducation du goût, informations cinétiques, etc.).

/Bruno Munari – L’art du design (Arte come mestiere), Paris, Pyramyd, 2012 (trad. Audrey Favre //images 1 – my futurist past estorick ®modern italian art – 1936 – 2 – Bruno Funari ca 1984