Design en France #7

Posted on 14 février 2017

Au moment de conclure revenons aux deux questions initiales : existe-il une ou des démarches(s) propre(s) au design territorial, qui permettent de mettre en place un modèle alternatif d’aménagement, de planification et de gestion des collectivités ; la territorialité est-elle une vocation profonde du design ou plutôt une fonction nouvelle à vivre comme une opportunité économique ?

Sur le modèle alternatif.

Le design est une compétence nouvelle pour les élus. Par manque de définition consensuelle, ils lui attribuent des valeurs périphériques facilement appréhendables par l’action publique, car déjà employées en politique où le design est utilisé, de la même façon que le paysage, comme argument pour tenter de redéfinir une assise territoriale, par un processus de reterritorialisation qu’il soit économique, social ou esthétique*.

Sur la vocation.

La spécificité d’un designer territorial est avant tout sa culture du projet. S’associer à une démarche politique suppose évidemment une certaine dose de subordination. Son action relève certainement plus d’une question de démarche ou de méthodologie au service de l’économie que d’une compétence particulière. Cette culture du projet se juge sur la capacité pour le designer à s’exprimer au sein de ces structures. Ce travail morcelé engendre des contraintes quelquefois éloignées de la vocation d’expertise, mais fortement liées à l’exigence de résultats. Travailler sur un projet grand public avec des acteurs locaux, designers et chercheurs, laboratoires et start-up d’une région, c’est bel et bien exposer un cas concret de territoire.

Ce n’est pas la preuve que cela fonctionne, mais prouve que la filière est capable de faire une part importante du travail. En retour, on demandera au designer d’être en mesure de “gérer les variables en fonction de la culture matérielle et immatérielle“.“**

* Stiegler B. (avec Ars Industrialis), Réenchanter le monde. La valeur esprit contre le populisme industriel, Flammarion, 2008. ** Rapoport A. Culture, architecture et design, , France in-folio éditions,2003 /Les résultats de cette étude ont été exposés commentés et débâtus, lors d’une intervention à l’Académie des Beaux Arts, le 8 mars 2017, par Frédéric Rossi-Liegibel. Ce dernier  est enseignant à l’École supérieure d’art et design de Saint-Étienne (histoire contemporaine du design) et l’École Camondo – Les Arts Décoratifs (sémiotique), chercheur associé au Ladyss – UMR 7533 – CNRS – et au Calhiste – Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis.

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2