Earley Earl – designer séducteur

Posted on 28 avril 2017

Earley Earl est un des premiers considérer le design selon son aspect commercial. Se tenant en dehors des canons du design de qualité tel qu’adopté plus tard par de nombreux designers américains des années cinquante, son approche du design automobile cherchait à séduire le consommateur.

Earl traduit les aspirations de la société américaine en laissant à l’acheteur la possibilité d’acquérir un idéal de luxe et de séduction. il fait passer l’automobile du statut de machine à celui d’objet de désir. À son insu, il permet au design d’émerger du modernisme puriste pour s’ouvrir à des considérations plus marchandes et s’orienter vers un style plus libre.

En 1919, General Motors convoque Earl à Detroit pour travailler sur un modèle de la division Cadillac, nouvellement formée. Au cours des trente-deux années suivantes, Earl dirige le design auto_mobile de la compagnie. Sa philosophie, plus instinctive que rationnelle, repose sur la conviction qu’un modèle est remplaçable dès que son attrait s’estompe. De 1948 à 1958, General Motors produit ses modèles les plus spectaculaires : les voitures deviennent plus longues plus basses, aux courbes très accentuées, semblables à des avions. En 1959, Earl prend sa retraite, l’année de la sortie de la Cadillac convertible Eldorado.

Trois ans plus tard, Raph Nader, dans son manifeste Unsafe Insanity Speed, condamne General Motors comme ayant « commis un des plus grands actes d’irresponsabilité industrielle de ce siècle ».

Les temps ont changé, et les idées d’Earl ont perdu la faveur du public et que le temps où l’accompagnement publicitaire démontrant que l’industrie automobile américoine vend ses produits comme des accessoires d’un style de vie aisé plutôt que comme une nécessité fonctionnelle n’est plus de mise.

/1938 Buick Y-Job ®General Motors

Related Articles:

Post Footer automatically generated by Add Post Footer Plugin for wordpress.