Raymond Loewy – l’esthétique industrielle

Posted on 30 avril 2017

Français et américain Loewy s’est attaché toute sa vie à transformer l’environnement matériel américain, qu’il juge confus et dépourvu de style.

En supprimant dans ses projets toute référence au passé, il a joué un rôle clé dans la formation du styling américain. C’est une figure quasi mythique, est capable de faire vendre toutes sortes des produits malaisés à écouler dans le contexte économique de plus en plus difficile de la Grande Dépression. Ses derniers projets, comme la bouteille de Coca-Cola, les juke-boxes et les voitures, demeurent étroitement liés à l’idée de la prospérité américaine des années cinquante. Le mythe Loewy a en grande partie été fabriqué par lui-même, à des années trente aux années soixante. travers son autobiographie “La laideur se vend mal“.

En 1919, il émigre aux États-Unis. Son arrivée coïncide avec le boom de la publicité américaine du milieu des années vingt. il conçoit les vitrines de Macy’s. il réalise également des illustrations pour Harper’s Bazaar. En 1929 la Gestetner Duplicating Company de Sigmund Gestetner l’invite à redessiner et à moderniser sa machine à dupliquer. Loewy remplace les pieds galbés par des pieds plus discrets et insère le mécanisme dans une coquille en plastique moulé. Ce nouveau design, élégant et moderne, remporte un grand succès auprès des clients. Le projet Gestetner est rapidement suivi d’autres commandes : au milieu des années trente Loewy est devenu l’un des principaux designers industriels : réfrigérateurs, automobiles, locomotives, beaucoup de similitudes stylistiques qui viennent que les composants métalliques emboutis proviennent des mêmes chaînes de production.

En 1934 on lui demande de montrer une maquette de son bureau à l’exposition annuelle de design industriel du MOMA. il apparaît dès lors comme un designer et son travail comme un projet stylistique global.

/Raymond Loewy ®Bernard Hoffman/The LIFE Picture Collection/Getty Images

articles en lien

ibookligne_vierge

zone2