Adolf Loos – designer et critique

Posted on 27 février 2018

Adolf Loos était un designer et un architecte de génie. Il était aussi un critique au ton acerbe :
“L’évolution de la culture est synonyme de la disparition des ornements sur les objets du quotidien. Notre incapacité à en produire de nouveaux fait la grandeur de notre époque. Nous sommes allés au-delà de l’ornement […] L’homme avait suffisamment évolué pour qu’il ne lui procure plus de sensations érotiques comme chez les Papous ; un tatouage n’augmentait pas la valeur esthétique d’un visage, mais l’enlaidissait. Il avait suffisamment évolué pour prendre plaisir à acheter un paquet de cigarettes quelconque, même s’il coûtait le même prix qu’un paquet ornementé.“

Certains matériaux et formes pouvaient être amenés à traduire le luxe.
Mais la production industrielle fabrique des objets que la main de l’homme ne saurait faire : le difficile est devenu facile, si le luxe repose sur la notion de rareté ou de difficulté, à partir du moment où l’effort est supprimé, le luxe disparaît à son tour.

Le luxe contemporain mise sur la découverte de nouveaux objets difficiles à fabriquer. Il peut résider dans l’utilisation excessive d’un matériau.
Si une machine peut parvenir à couper un morceau de bois de façon objectivement plus précise qu’un artisan avec ses mains et ses outils, mais que le travail de l’artisan est perçu comme étant de meilleure qualité, nous sommes confrontés à une situation paradoxale où des objets fabriqués par des machines présentent des imperfections délibérément introduites pour suggérer cette qualité.

/images – 1 – Six-Leg Table attribuée à Adolf Loos – 2 – Adolf Loos, circa 1903ibookligne_vierge

zone2