Modernité ou modernisme ?

Posted on 2 septembre 2014

Jean-Louis Cohen, commissaire du pavillon français de la biennale d’architecture de Venise, répond au slogan de Rem Koolhaas “absorbons la modernité“ en posant une question “la modernité, promesse ou menace ?“. Sa réponse il la doit à Jacques Tati et son film “Mon Oncle“ datant de 1958, satire des années soixante, un équilibre entre fascination et mécontentement. Voulu comme un critique de la modernité qui s’évalue à l’aune de l’espièglerie et des maladresses de l’oncle.

IMG_0132

Comment ne pas être fasciné par l’abstraction de certains besoins humains, par la beauté de certains objets et par la villa Arpel ? Véritable manifeste d’architecture, elle est conçue par Jacques Lagrange, architecte des travaux chez Citroën et gendre de Gustave Perret. Ce bâtiment cubiste n’est pas uniquement un décor de cinéma. Avec ses grandes baies vitrées, stores et hublots c’est aujourd’hui un classique moderne. S’il existait, il serait sous une ordonnance de conservation et aurait depuis longtemps été restauré, jardin et fontaine “poisson“ compris et probablement pas l’immeuble biscornu où habite l’Oncle.

IMG_0128

*L’exposition présente les exemples de : Robert Mallet-Steven, la « Villa de Noailles » (1924) – d’Adolf Loos, la « Maison Tristan Tzara » (1925) – de Le Corbusier et Pierre Jeanneretet, la « Villa Savoye » (1931) – d’Auguste Peret, la reconstruction du Havre (1944) /image 1 – vue de la maquette de la villa Arpel ®Cité de l’architecture & du patrimoine /image 2 – dessin préparatoire Jacques Lagrange ®Cité de l’architecture & du patrimoine