Design : Danemark #2

Posted on 11 février 2015

Le Danemark s’impose comme le laboratoire du bien vivre*. Alors que d’autres pays doivent composer avec la récession, le chômage élevé, la pollution et les difficultés énergétiques, le petit royaume est en quelque sorte protégé. Ici les gens sont plus heureux (au sens des sondages). Comme si cela ne suffisait pas, depuis quelques années le Danemark a repris son rang dans l’architecture, le design et la mode – comme dans les années 1950 et 1960.
Designmuseum Danmarkn®cooperativedesign

L’industrie du design danois est en grande forme et les institutions, comme Designmuseum Danmark et le Centre d’architecture danois (CAD) sont soutenus par des conditions économiques surprenantes.
Citons comme exemple celui de la salle de réunion du Conseil de l’ONU à New York, initialement meublé au début des années 1950 par Finn Juhl. En 2013, c’est l’entreprise Henrik Sørensen, qui a reçu commande* d’une réinterprétation de “Swan“ (Arne Jacobsen) par Kaspar Salto et Thomas Sigsgaard. “Les gens aiment les classiques, en particulier au Danemark“ explique Nadia Lassen.* Citons aussi le cas de Sofie Eglund (Vipp) la petite-fille de l’inventeur des poubelles en tôle au couvercle régit par le flip-top. Aujourd’hui, le catalogue de la société inclut des cuisines entières.

Quelle est leur recette ? Comment orientent-ils leurs succès vers l’avenir ? Comment rompre les liens vers les pionniers danois du modernisme : Arne Jacobsen, Hans J. Wegners, Finn Juhls et Børge Mogensens ? Cette rupture est-elle simplement un effet marketing ?

Le secret : les Danois ne traitent pas leurs meubles historiques comme des objets sacro-saints, le passé a uniquement une influence sur le nouveau design danois. C’est une nouvelle perspective.

Par exemple Muuto collabore exclusivement avec les jeunes talents scandinaves du design : Anderssen & Voll (Norvège), Andreas Engesvik (Norvège), Jonas Wagell, (Suède), Cecilie Manz (Danemark), Thomas Bentzen (Danemark), Claesson Koivisto Rune (Suède), Jens Fager (Suède), Ole Jensen (Danemark) et Mika Tolvanen (Finlande). Fonctionnalité, qualité et simplicité sont au cœur de leurs efforts. La différence entre le passé et le présent devient soudainement très claire : simple, oui, mais pas austère – fonctionnel, oui mais ludique – qualitatif : toujours !
Frama, est un autre exemple. Fondée en 2011 comme que laboratoire par Established & Sons. Comme Muuto, Frama fonctionne de préférence avec des designers danois tels que Nicholai Wigg Hansen et Toke Lauridsen, leurs marchandises sont produites au Danemark, en Lituanie, Suède et Pologne, mais conçus par eux-mêmes “Nous ne voulons pas à tout prix faire quelque chose de nouveau – tout ce que nous voulons, c’est améliorer les normes.“

Les Danois sont conscients de la richesse de leur culture du mobilier et soutenus par un réseau institutionnel performant ils savent répondre aux besoins actuels. Une approche payante : les entreprises gagnent beaucoup d’argent grâce au regain d’intérêt pour le modernisme danois et la passion des gens de New Nordic Design ; les designers prouvent qu’innovation et développement durable ne sont pas opposés. Ils “ont un pied dans un avion tandis que l’autre est profondément enracinée dans la nature“ nous dit Louise Campbell, à l’exemple de Noma (le meilleur restaurant du monde), se distingue par la conviction d’utiliser uniquement des produits régionaux dans ses créations tout en recherchant une reconnaissance internationale.

*La Commission européenne a nommé Copenhague la Capitale verte européenne 2014. **concours organisé par le Comité de la Fondation danoise Arts de l’artisanat et du design /images – 1 – Hans J Wegner and Johannes Hansen JH550 PP550 The Peacock Chair – 2 – Anders Brun chef d’atelier chez Hans J. Wegners Tegnestue et Rasmus Koch, architecte au Designmuseum Danmarks.