Les années quatre-vingt : les années design

Posted on 9 janvier 2016

La notion même de design, désormais démocratisée, s’en trouve modifiée. L’acception design est désormais apposée à toute prestation supposée originale, qu’il s’agisse d’une coupe de cheveux ou d’un jean.

Le label designer garantit un niveau de personnalisation et de style propres à satisfaire le désir d’auto-affirmation du consommateur : Au-delà d’une stratégie de marketing, le concept de design et de designer connaît une popularité inédite. Les designers deviennent des personnalités reconnues, à l’instar de leurs prédécesseurs américains des années trente. Différents styles sont disponibles sur le marché des expérimentations radicales post-Memphis au style high-tech, plus sérieux, qui prône l’usage détourné de matériaux industriels. Certains fabricants, dont Alessi, spécialisé dans le métal, font du design une priorité en confiant le dessin de leurs produits à des célébrités ce qui leur vaut rapidement le statut d’icônes. Au milieu des années quatre-vingt, des institutions comme le Design Museum de Londres voient le jour. Ces mutations ont également pour effet d’associer le concept de design à la publicité et au marketing. Simultanément, le rôle créatif du designer est ramené à un simple élément du processus de production.

Quand la bulle finit par éclater et que la culture du design, en même temps que l’économie mondiale, entre en récession au début des années quatre-vingt-dix, les designers doivent dépasser la superficialicialité qui a caractérisé la décennie précédente. Les designers peuvent s’exprimer en dehors du modernisme et utiliser une gamme de styles plus affirmés. Pour ces mêmes raisons, les valeurs héritées du début du vingtième siècle redeviennent d’actualité. Aucune théorie du design ne prévaut plus et où chaque approche peut, par conséquent, être évaluée selon son mérite. Au tournant du vingt et unième » siècle, le monde du design, conscient qu’il n’est plus possible de continuer à raisonner en termes d’identité locale ou nationale, adopte une pensée globale.

Cette discipline aux débuts modestes, longtemps restée entre les mains de quelques visionnaires aspirant à créer et améliorer un univers matériel en phase avec l’ère moderne, affecte désormais presque chaque aspect de la vie moderne…